jeudi 31 juillet 2008

bric à brac

C'est un message fourre tout ....

Une nouvelle à souligner dans une actualité entre attentats , meurtres , violences diverses que je n'ai pas envie de détailler : le cinéaste égyptien Youssef Chahine est mort ; de toutes ses oeuvres je n'ai vu que "le destin" ( celui d'Averroes ) . A mon avis un grand moment de cinéma contre les intégrismes


Cigarette et verre de porto en mains, cet Égyptien, fils d'un avocat et d'une mère française, se confiait à nous dans un grand hôtel de la cité montoise. Il nous parlait de sa présence au festival montois, l'expliquant par un « personnellement je suis toujours amoureux de quatre personnes en même temps. J'ai toujours fonctionné avec l'amour dans ma vie et dans mes films ».

En lutte contre la censure depuis ces débuts, l'homme de L'Émigré, la Gare centrale ou Le Destin nous révélait aussi que « les manifestations étaient pour lui un acte d'amour. Dès qu'il y en a une, j'en suis même sans savoir de quoi elle parle. Il faut de la politique et de l'amour chaque film, même le méchant doit pouvoir tomber amoureux ».

Venu présenter son dernier film Alexandrie... New York, Youssef Chahine livrait son point de vue sur une Amérique avec laquelle il était depuis en rupture : « Je ne comprends pas que le peuple américain puisse être à ce point mal informé sur l'Irak, la politique de leur président qu'ils ont réélu. » De même qu'il nous livrait sa propre conception de l'entente palestienne et israélienne, « à Alexandrie j'ai fait l'amour à beaucoup de jeunes personnes de confession juive. Je ne leur demandais pas leur conviction religieuse. Je m'intéressais juste de savoir si elles étaient belles et intelligentes. Plus sérieusement je trouve ça tellement bête de se battre pour un bout de terre... ». • N. W. ( La voix du Nord -Février 2005)


Mes dernières lectures ont été "la consolante " d'Anna Gavalda et "un miracle en équilibre " Lucia Etxebarria .

Alors que les premiers ouvrages d'Anna Gavalda étaient concis c'est le second roman développé qu'elle livre aux lecteurs . Partant de l'histoire d'un homme qui fait le bilan de sa vie à l'approche de la cinquantaine se déroule une histoire se déroulant aisément , pas de surprise dans l'histoire contée , des écrits bien amenés et aux 2/3 du livre une perle portant à réflexion une citation de E.M Forster (auteur dont je n'ai jamais entendu parler )

"...et pourtant je crois en l'aristocratie .Si le mot est exact et si un Démocrate peut l'employer.Non pas à une aristocratie de pouvoir basée sur le rang et l'influence , mais à celle des prévenants , des discrets et de ceux qui ont di cran. On trouve ses membres dans toutes les nations , parmi toutes les classes et chez des ans de tout âge .

Et il y a comme une connivence secrète entre eux quand ils se croisent .Ils représentent la seule vraie tradition humaine , l'unique victoire permanente de notre drôle de race sur la cruauté et le chaos .

Des milliers d'entre eux périrent dans l'obscurité ; peu sont de grands noms . Ils sont à l'écoute des autres comme ils le sont d'eux mêmes , sont attentionnés sans en faire des tonnes , et leur vailance n'est pas une pose mais plutôt une aptitude à pouvoir tout endurer.

Et en plus ils ont de l'humour "


Les textes de Lucia Etxebarria ont pour moi cette particularité d'exprimer des ressentis , des émotions avec des mots proches des miens . Dans" un miracle en équilibre", lettre à sa fille bébé, elle explore les liens entres les individus ; liens familiaux surtout mais aussi relations amicales, relations de faux amour et relation amoureuse .
La maladie et le décès de sa mère l'amènent à s'interroger sur l'incidence , l'influence, des mots et des non-dits , des faits et des non -faits , sur sa manière d'appréhender le monde et sur son vécu.
Des évènements datant du franquisme , l'impact de "la movidad" , les faits récents .... les actes, les réactions , les impressions , les sentiments et émotions sont mis en lien pour arriver à la réalité des personnages , en particulier Eva , dans l'aujourd'hui
Un aujourd'hui qui la vois devenir mère juste avant que la sienne disparaisse , les inquiètudesqui la traversent quant à ce qu'elle va transmettre à sa fille ...
et au milieu de cette introspectiondes faits du quotidien qui donnent une bouffée de légèreté au propos

Quelques polars sans intérêt particulier et ...... à ne pas oublier "quartier lointain " de Jirô Taniguchi (tome 1 ) ; il faut que je trouve le tome 2 !

samedi 26 juillet 2008

le poids des convictions


Mea culpa

je viens de constater que l'ensemble de mon dernier bulletin actualité tournait peu ou prou autour des problèmes liés au fait religieux .
Il semble que je suis réfractaire à tout ce qui est dogmatique

Peut être est ce parce que
- mon grand -père a fuit l'idéologie fasciste et ses conséquences
( La Ligue Lombarde semble en être un actuel succédanné )

- ma grand mère était fervente communiste (après 1942 ) et l'Humanité Dimanche, sa bible

- ma mère m'a envoyée au cathéchisme pour que l'on m'inculque le credo catholique

- j'ai dû pour compléter mon emploi du temps enseigner les SVT au lycée talmudique et pour conserver mes heures subir les sentencieux sermons du rabbin dirigeant l'établissement
( aaahhhh , illustrer la physiologie à des élèves dépourvus de toute notion d'anatomie sans utiliser la moindre image du corps humain même fragmenté :la relation foie , intestin grêle , pancrés circulation sanguine il ne fallait pas y penser alors pour les mécanismes de la reproduction ...... Tout un poème ! non toute un Talmud .)

Je ne m'étendrais sur les distorsions entre actes et paroles au sein de l'enseignement catholique ; heureusement qu'en temps que professeur nous n'avons de comptes réels à rendre qu'au Rectorat (et que ce qui se passe hors des classes j'ai vite appris les manoeuvres de contournement )

- un de mes fils semble convaincu des nécessités du libéralisme et applique à l'entreprise le principe de la pyramide de Maslow

- que mes voisins sont écologistes doctrinaires ..... et militants



Le résultat est que je suis en train de devenir par principe pour l'anti- dogmatisme et là .... ça coince !

errare humanum est , perseverare diabolicum ....

maintenant que j'en ai pris conscience je vais faire attention à ouvrir l' éventail des informations .......

..........et j'en suis convaincue,d'aller moi aussi au Paradis !




jeudi 24 juillet 2008

jouer sur les mots et laver son linge sale en famille

avertissement : toute ressemblance avec des lieux ou des personnes existantes ou ayant existé serait purement fortuite .

Soit un repas de Noël avec la sacro -sainte famille réunie autour de la table attendant minuit que naisse l'enfant , de la Sainte Famille ,afin que soient gâtés les enfants rois ... j'entends par là couverts de cadeaux et non pas pourris comme des poires blettes .... De toute façon dans ce genre d'histoire ce sont toujours les parents qui sont pris pour des poires car à vouloir paraître de bons parents ils se laissent souvent prendre à la surenchère dont tirent profits certains de leurs ados

[Il est vrai que pour les adultes en question c'est souvent plus rassurant d'agir ainsi et que si la relation parents- enfants fonctionne ainsi c'est aussi parce que nous nous laissons faire .... que cela nous rassure .


Nous avons tous entendus que "le temps c'est de l'argent" et dans un monde où la plus part d'entre nous passe son temps à courir il est tentant de croire à la réversibilité de l'affirmation : l'argent serait donc équivalent au temps !
fin de la digression, merci de bien vouloir m'en excuser ]


On pourra dire quelques 20 ans plus tard que le résultat de ce fonctionnement en a fait de vrais pourris , pourris jusqu'à la moelle, quand ils se comporteront comme des requins en affaires après des études en écoles de commerce ou autres formations au management si ce n'est pour la répartition d'un héritage ......

Certains parlent dans ces cas là de charogne ou de charognards ce qui est antinomique et recouvre pourtant une même vérité .






J'en reviens à mon repas de Noël ; alors que la maîtresse de maison - qui avait quitté la table-
reparaît avec un plat et son époux qui en patriarche préside en bout de table annonce :
-" voilà la dinde qui arrive
- ce n'est pas une dinde mais un chapon " réplique la bécasse tandis qu'une partie de la tablée regarde , épouvantée par le risque qu'a pris l'époux vantard , la tête de l'épouvantail qui porte le plat du volatil .... rien ne se passant , l'atmosphère se détend et la pression diminue au fur et à mesure que se volatilise la réplique et que ceux et celles qui ont compris prennent des airs d'oies blanches .
Le patriarche aurait pu prendre la mouche s'il ne savait que la réponse était sans ambiguïté ou s'il avait pensé que quelques esprits attablés avaient poursuivi le raisonnement au delà de ce qu'il avait souhaité ..... dans l'affaire il y a bien une dinde et un chapon ( qui ne veux pas l'admettre )




Le boeuf de la crèche a été ce soir là accompagné d'un certain nombre d'ânes et d'ânesses qui s'ignorent , de quelques oies , d'une dinde et d'un chapon .... et même d'un mouton noir

Je peux dans le même style relater une des discussions de la soirée qui a servi à noyer le poisson .
Un des fils de la famille , très pince sans rire , raconte que le raout donné à l'occasion de la communion d'un de ses neveux a tourné au pince fesse .....et ce bien que sa conjointe - qui tient beaucoup à garder son compte -joint et donc se tait - prenne un air pincé ( Il est des histoires de famille qui se se content pas ) quand
il précise que certaines des cousines sous leurs airs de premières communiantes se sont comportées comme de vraies poules .

Son aîné , jeune coq , s'est paraît il tenu de façon exemplaire ce soir là .



Il est vrai qu'il venait de se faire pincer dans sa chambre d'internat avec une oiselle en guise de coturne; sous prétexte de révisions intensives de travaux pratiques.... ils devaient potasser les réactions physiologiques liées au potassium et , tentèrent -ils d'expliquer à postériori au curé intégriste qui dirige l'établissement ,c'est par ce que la potasse- à l'état de chlorate -sert à fabriquer des explosifs et que sous l'effet d'une réaction incontrôlée ils se sont retrouvés sans cothurnes et sous la couette en train de vérifier leur intégrité .
Pour avoir mélangé chimie et biologie (*)en présence d'un adjuvant non révélé malgré les adjurations formulées par l'homme que leurs parents mettent sur un piédestal à la hauteur de leur piété
Ils furent tous deux mis à pied ; n'est ce pas mignon ? ils ont ainsi pu se mignoter à loisir dans un pied à terre trouvé pour l'occasion .

Depuis ce jour ils manifestent une pitié particulière pour ce responsable scolastique de leur scolarité qu'ils pensent avoir roulé dans la farine ( animale bien sûr )....

Il n'en est rien rassurez vous ; il a préféré aider les parents à faire l'autruche plutôt que de se faire voler dans les plumes pour n'avoir assez veillé sur son cheptel
Le capucin est sage et ,bien que non sajou , a fait la grimace pour garder dans son enclos les deux étourneaux .... des saillies de l'un il a tiré des réparties propres à convaincre .

En tout cas cette histoire donne du grain à moudre à la dinde qui en jacasse encore dans son jabot .




Oeuvre de Sébastien Bourdon
La Sainte Famille au lavoir



(
*) chose qui n'est pas une complète hérésie puisque l'amour est lié à la chimie du cerveau

mardi 22 juillet 2008

d'autres mots pour dire les choses (2)

Avant d'aller rendre une partie des ouvrages empruntés je voulais en terminer avec cet "après la rupture" qui a occupé toute la place la dernière fois ; j'ai beaucoup ironisé sur la forme et sur la part du fond qui m'a laissée sceptique car à dire vrai je n'y ai rien trouvé que le ronron d'une mécanique bien huilée ne reprenant que des généralités : déni , mésestime, peur .... et autres qu'il faut surmonter .
Pour mettre des mots sur ce que je ressens ou ai pu ressentir les livres de Lucia Etxebarria que ce soit le dernier "yo no suffro por amor" ou le recueil de nouvelles sur la vie de couple "aime moi por favor " m'ont été de bien meilleurs supports . Ils sont bien écrits , permettent de visualiser et ressentir les lieux , les personnes , les ambiances , les émotions ...pour moi ils sonnent juste ( et surtout l'auteur n'est pas une bonneuse de leçon moralisatrice )




Quelques "polars " ont agrémenté ces dernières semaines .
Le premier tome de la trilogie Millenium "les hommes qui n'aimaient pas les femmes" de Stieg Larson - un suédois - est une énigme bien ficelée , facile à lire ; j'en dirai autant de"l'homme de la vitrine" du norvégien Kjell Ola Dahl . Le criminel n'est pas parachuté à la dernière minute , ce n'est pas non plus évident dès les premières pages avec une trame courrue d'avance comme chez certains auteurs anglo-saxons .... en bref agréable et pas "prise de tête" .

Une mention particulière pour "sous les vents de Neptune" de Fred Vargas où j'ai retrouvé le commissaire Adamsberg et Danglard , personnages auxquels je me suis attachée au fil des livres tout comme au commissaire Montalbano de Camillieri à cause de leur humanité . Violette Rétancourt a fait irruption dans le commissariat d'Adamsberg ; j'espère qu'elle y restera car c'est une sacrée personne .
Inutile de poursuivre .... vous avez compris , j'ai aimé .

Un petit livre bien mené , "toiles de maître" de Hannelore Cayre utilise un langage que les profs de français appellent familier, si ce n'est pire , mais il est tout a fait adapté au contexte ; une histoire dans l'Histoire où les plus mauvais ne sont pas ceux que l'on devrait croire .





Image dans son contexte original, sur la page www.bde.enseeiht.fr/bda/voyage/picasso.htm.


Pour finir ce "compte rendu de lecture" je ne peut pas omettre "présent" de Jeanne Benhameur:
- le lieu principal de l'action: un collège en période de conseils de classe du 3ème trimestre , ce qui pour les élèves de 3ème veut dire orientation .... avec tout ce que ce mot peut contenir e connotations négatives
-les personnages :* une classe avec tout le panel d'élèves , du "à féliciter" au perturbateur , en passant par celle qui est" à côté " , dans ses rêves, sa compréhension intuitive des Hommes et son talent exprimé par le dessin mais "pas dans le moule "


* les dames de la cantine , un homme d'entretien , un proviseur qui voudrait faire mieux , tellement mieux avec les moyens consentis et malgré les quotas venus "d'en haut" ,
* des profs avec un échantillonnage allant de l'aigri(e) à celui (celle) qui a des certitudes







- en particulier celles de leur supériorité- en passant par celui qui en a marre de jauger à travers des copies et qui tout d'un coup les envoie paître -ses copies- pour ne plus regarder des élèves comme des moutons que l'on mène à l'abattoir et qui voulant faire passer sa passion de la langue en leur lisant Kafka se trouve à passionner ses élèves , surtout l'un d'eux chez qui les mots écrits et lus font écho .




Echo des mots par rapport à son ressenti , qu'il traduisait en violence physique et en solitude, parce qu'il ne s'était pas approprié le pouvoir de ceux ci pour s'exprimer .. mots qui l'ont conduit au CDI , à la bibliothèque .
Au milieu de tout ceux là une documentaliste pleine de projets et une jeune prof de SVT qui a baissé les bras parce que ce métier qu'elle avait voulu exercer elle ne pouvait pas le faire comme il faut , comme elle avait rêvé de le faire ; entre obligation de "tenir ses classes" et celle de s'en "tenir aux programmes" elle a laissé la Vie de sa matière ." Pourtant elle a ré de faire cours , de transmettre son amour de la terre , de la nature .
Il y en a combien qui n'ont jamais vu la mer ici ?"



Sans que je m'y attende en lisant "dans le silence des mères" du psychologue scolaire André Agard Maréchal j'ai retouvé le même constat sur l'Education Nationale que celui qui était inscrit en filigranne dans le roman précédent : ...." à l'école de "produire " un élève c'est à dire un enfant conforme , modelé , formaté " ; dur mais reflet malheureux des résultats de nombreux conseils de classe qui ne font que résumer la réalité de ce qui se passe trop souvent dans les classes .
Son travail à lui c'est d'aider les enfans à passer dans le cadre au format imposé , d'aider les mères à permettre à leurs enfants d'en passer par là , parce que le système est peu flexible et que c'est à l'enfant de s'adapter ....


Une autre approche de la vie de l'école que celle du livre de Jeanne Benhameur .
Pour le contenu principal du livre de A Agard Maréchal rien de nouveau : les mères projettent sur leurs enfants les blessures de leurs vies , celles qui sont connues et celles qui font partie" des squelettes dans les placards" , leurs regrets , leurs ambitions déçues ....qui involontairement rejaillissent sur les enfants . Enfants qui par leur comportement hors norme appellent à l'aide car ce poids leur est trop lourd et ce d'autant plus que le tiers , la figure paternelle, est absent (même s'il est physiquement là ) dans les exemples présentés





La conclusion est la même si l'on se place du côté de l'enfant , du jeune adolescent (dans le cas du roman ) : il se construit en fonction de ce que l'on est en tant qu'adulte , de ce qu'on lui transmet consciemment ou non : image d'un avenir possible ou repoussoir , sécurité affective permettant d'aller de l'avant ou insécurité -par "abandon" ou surprotection- qui freine, voir empêche de se construire harmonieusement , mise en place de stratégies de fuites en avant par l'"excellence" ou par le refus du système .... n'importe quoi pour un échappatoire face à une pression qui lui est faîte .

Ainsi de la femme immigrée dans sa barre HLM de la banlieue triste où se trouve le collège de Jeanne Benhameur : son fils quitte la maison bien avant l'heure "il n'en peut plus de leur ghetto comme il dit . Il veut partir dans un lycée , loin , un lycée très bien où il n'y a que quelques places réservées aux élèves comme lui , méritants , pour qu'ils aillent loin, dans la vie .
Elle , elle n'est jamais allée loin "
Ainsi du délégué de classe, un bon élève, parce que "Il a eu envie de voir son père ailleurs " , qui se liberera de tout ces sentiments et ressentiments lors des émeutes de l'été en participant activement à la destruction de la boucherie -charcuterie parentale "il voulait être fier de son père .[...] Il n'arrive pas à les aimer . Il voudrait les aimer " et le père en vis a vis , délégué de parents " Et il a besoin que tous ces ensignants l'écoutent,lui. Lui qui n'est jamais allé plus loin que le CAP de boucher-pareur .Lui qui n'a jamais été un brillant élève . S'asseoir à la même table qu'eux [....] c'est une belle revanche "

Encore un petit extrait pour la route , pour le plaisir .... à propos d'une jeune fille dîte "en echec scolaire" , celle qui"n'est pas dans le moule "mais à qui on - les adultes , les "profs" - se doit de donner le moyen d'exprimer toute son intelligence , ne pas la réduire à des notes et sous prétextes qu'elle est hors norme évaluée


" Il ne viendrait à l'esprit de personne de se dire que l'on va à l'école pour apprendre à danser , à chanter, à peindre .
Pourtant.
Que fait Zorba quand son enfant meurt? Que fait il pour continuer à vivre ? Il tape son talon dans la terre , il lève les bras au ciel et il danse . Tout le désespoir du monde entraîne son corps , le soulève , le fait retomber ans la poussière , et recommencer . Il danse la mort de son enfant .
Sans l'art un être humain peut crever de douleur.
[....]Pourquoi chaque être humain n'a t'il pas droit à l'art pour apprendre à donner forme à ses émotions ? au lieu d'en avoir peur , apprivoiser ce qui transporte , meurtit ou ravit ?
On va à l'école poue apprendreapprendreapprendre .
Apprendre quoi ?
Pourquoi ne va - t-on pas à l'école pour apprendre à grandir
Est ce que l'élève n'est pas celui qui doit s'élever?

Les portraits de la jeune fille sont là . Sa seule façon d'exister dans ce monde "





Image non réduite

college.belrem.free.fr/.../venus02.jpg
354 x 259 - 32 ko
Il est possible que l’image soit réduite et protégée par les droits d’auteur.
Supprimer ce cadre

Résultats d’image »
Image dans son contexte original, sur la page college.belrem.free.fr/.../nombre%20d'or.htm.

lundi 21 juillet 2008

des nouvelles parmi d'autres

parce que les repas de famille pendant les vacances c'est l'occasion de parler de tout




ou de rien .....



Benoît XVI a quitté lundi 21 juillet l'Australie à l'issue des Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ), après une rencontre avec des victimes de violences sexuelles commises par des hommes d'Eglise (source : La Croix . com 21/07/08 )

Cela ne résoud pas à mon avis le problème de la reconnaissance des actes commis par les individus concernés nécessaire pour que les victimes puissent dépasser cela si ce n'est pardonner .

Ce n’est pas le pape qui fait les JMJ. Le commentaire d'Isabelle de Gaulmy

Tel est l’enseignement de Sydney. On a prétendu que le succès des JMJ s’expliquait par le charisme indéniable exercé par Jean-Paul II sur les jeunes générations. Faux ! Ces JMJ 2008 ont donné lieu aux mêmes manifestations d’enthousiasme que les précédentes, entraînant 250 000 jeunes de l’autre côté de la planète, dans ce qui est aussi une extraordinaire opération d’image pour l’Église.

Benoît XVI est certes loin d’avoir avec les jeunes le même contact que son prédécesseur. Le P. Lombardi, porte-parole du pape, peut bien expliquer que « Jean-Paul II avait avec eux l’attitude du prêtre qui emmène une troupe de scouts dans les bois alors que Benoît XVI est plus comme un professeur devant ses étudiants ».

En réalité, jamais Benoît XVI ne parvient au degré de complicité que le pape polonais avait avec la jeunesse. Il ne sort pas de ses textes, il reste en retrait, ne prend pas de lui-même l’initiative d’un geste, même s’il montre toujours une très grande disponibilité et une grande écoute. Cela n’a pas pour autant empêché la réussite de ces JMJ… Cela ne signifie pas que la présence du pape est accessoire. Les JMJ sont devenues pour le successeur de Pierre un incontournable rendez-vous avec l’avenir de l’Église, et les jeunes ne comprendraient pas qu’il ne soit pas là.


De plus si l'Australie est majoritairement chrétienne le catholiscime ne concerne qu'une fraction de la population de l'ordre de 20-25%
Les prochaines JMJ auront lieu dans un pays, l'Espagne ,où la présence de l'église catholique romaine est ancrée de gré ou de force , entre Inquisition et Franco , et oblitère l'influence musulmane dont est issu Averroès, philosophe important pour notre civilisation , qui reste marquée dans l'architecture .






JERUSALEM (AFP) - Le Premier Ministre britannique devant la Knesset: "la paix est à portée de main"

Le Premier ministre Gordon Brown a exhorté lundi Israéliens et Palestiniens à parvenir à un accord, estimant que la paix était "à portée de main", dans un discours devant le Parlement israélien.

Il a aussi mis en garde l'Iran contre de nouvelles sanctions s'il ne gelait pas son programme nucléaire.

"Je pense qu'une paix historique, gagnée de haute lutte et durable, qui peut apporter la sécurité sur le terrain, est à portée de main", a affirmé M. Brown, soulignant que le président palestinien Mahmoud Abbas et son Premier ministre Salam Fayyad étaient "les meilleurs partenaires" pour Israël.

M. Brown était le premier chef de gouvernement britannique à s'exprimer devant le parlement israélien.

Il a appelé les deux parties à saisir "la chance offerte" par la conférence d'Annapolis, fin novembre aux Etats-Unis, de parvenir à un accord basé "sur deux Etats fondés sur les frontières de 1967, un Israël démocratique et à l'abris des attaques, reconnu et en paix avec ses voisins" ainsi qu'un Etat Palestinien "pacifique, démocratique et territorialement viable".

( source : La Croix . com 21/07/08 - dépêche AFP )


Ne sont ce pas les anglais qui ont contibué à mettre le feu aux poudres en 1947-48 ?
Il est temps maintenant de jouer aux pompiers !

Une dernière information pour la route .....

- les discussions à l'OMC pour tenter d'équilibrer le commerce entre pays industrialisés et pays émergents

L'Union européenne a annoncé qu'elle propose une baisse de 60% de ses tarifs douaniers agricoles dans le cadre d'un nouvel accord mondial sur le commerce, une réduction plus importante qu'initialement annoncée. Dans un premier temps, l'UE avait proposé une baisse de 54% de ses tarifs douaniers.

Le commissaire européen au Commerce Peter Mandelson a déclaré aux journalistes lundi que cette offre allait permettre un départ rapide à l'ouverture d'une semaine de négociations à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Mandelson a dit à présent espérer que les pays émergents tels que le Brésil, l'Inde et la Chine réagiront à cette offre en améliorant leurs offres en matière industrielle. L'Europe souhaite en effet voir ces pays émergents s'ouvrir à davantage de services et de produits manufacturés en provenance de l'UE tels que les transports, les services de télécommunications et bancaires.

Je ne pense pas que cela va contribuer à régler lesproblèmes de dénutution d'une partie de la population ou même de famine dans les pays dits émergents .... mais je ne comprends rien à la politique

Un dernier dessin .....
et un commentaire : en France un mariage a été annulé par ce que l'épousée n'était pas vierge au jour du mariage .... ça c'est une Europe avec l'égalité des droits homme/femme !

29/05/2008 20:16( source : La Croix.com)

Le mariage d'une femme « non vierge » annulé



Le tribunal a reconnu que le mari avait été trompé sur une «qualité essentielle de la personne» de son épouse

Le tribunal de grande instance (TGI) de Lille a prononcé, début avril, l’annulation d’un mariage au motif que la femme avait menti sur sa virginité. Cette affaire, relatée jeudi 29 mai par le journal Libération, est aussi singulière dans l’actualité juridique que significative d’une évolution sociale.

En juillet 2006, M.« X », ingénieur, épouse Mme « Y », étudiante ; ils sont entourés de leurs deux familles de tradition musulmane. Mais, le soir même, le marié découvre que celle qu’il croyait vierge ne l’était pas. La jeune femme est, sur-le-champ, reconduite chez elle par son beau-père et, dans les jours qui suivent, elle est assignée pour tromperie devant le tribunal.

Selon l’article 180 du code civil, l’un des époux peut demander la nullité du mariage « s’il y a eu erreur dans la personne ou sur les qualités essentielles de la personne ». Devant le tribunal, « Y » a reconnu avoir menti sur sa virginité, alors même qu’elle savait cette qualité déterminante pour son époux. « X » plaida pour sa part que la vie matrimoniale ne pouvait commencer par un mensonge, contraire à la confiance réciproque.

Jusqu’en 1975, la possibilité d’annulation de mariage ne tenait qu’à une erreur sur l’identité même de la personne, rappelle Pascal Labbée, professeur à l’Institut du droit et de l’éthique de Lille 2. Mais la loi de 1975 a « contractualisé » le lien matrimonial « en instaurant le divorce par consentement mutuel » et en alignant la définition de l’erreur dans le mariage « sur celle que l’on connaît en droit commun des contrats », écrit-il.

"Crispation des milieux musulmans sur le tabou de l’hymen"

Depuis trente ans, le contentieux s’est développé. La nullité a pu être prononcée en cas de dissimulation d’un passé de divorcé ou de prostitué, en cas d’erreur sur la santé mentale du conjoint ou son aptitude à avoir des relations sexuelles normales. Notion finalement très subjective, la « qualité essentielle de la personne » peut s’entendre de tout ce qui a été déterminant dans le consentement du conjoint.

Comme l’observe maître Linda Weil-Curiel, membre de la Ligue du droit international du droit des femmes, ce jugement du TGI de Lille est révélateur d’une « crispation des milieux musulmans sur le tabou de l’hymen. On sait que de plus en plus de jeunes femmes ont recours à des opérations de reconstitution virginale et l’on peut craindre que le contentieux des nullités de mariage se développe », s’inquiète l’avocate.

Les actions en justice se heurtent toutefois à la difficulté de la preuve qui explique la rareté des cas d’annulation. En l’espèce, ce sont les aveux de Mme « Y » et son acquiescement à l’annulation du mariage qui ont incité le TGI de Lille à le prononcer.

mercredi 16 juillet 2008

d'autres mots pour dire les choses (1)


Issu de la médiathèque où je l'ai emprunté au rayon sociologie , psychologie (car je voulais mettre à profit mes quelques jours sans les enfants à la maison pour tenter de cerner l'insondable de l'esprit humain) j'ai tenté de me plonger dans "après la rupture ,reconstruire sa vie après un divorce ou une séparation " de Bruce Fischer ; beaucoup de baratin ( le genre d'auteur qui doit être payé à la page ) et des idées qui définitivement me le font classer comme un américain wasp pur jus .
Exemples de sa prose délayée et narcissique :
-"quand j'étais agent de probation ...." à la dixième répetition je me sent petit délinquant en liberté surveillée
-" à l'époque où j'enseignais j'ai tancé si vertement un élève qu'il s'est mis à pleurer ...... j'ai fini par comprendre qu'en le sermonant , je l'avais aidé à surmonté sa culpabilité et qu'il avait apprécié celà ." Une nouvelle conception de l'enseignant à faire paraître dans la "lettre de rentrée " du ministre ?
-"il existe cependant une forme autenthique d'amour altruiste dont sont capables les personnes ...(qui) ont des convictions religieuses qui leur permettent de se ressourcer dans la relation avec l'être suprême "
Cela après cet autre paragraphe " Dieu tout puissant nous aime pour ce que nous sommes et non pour les services que nous rendons à autrui .Les personnes ayant su développer un lien spirituel avec un être supérieur se sentent aimé d'un tel amour inconditionnel et peuvent , à leur tour , le transmettre à leur prochain "
Paragraphe adapté à l'actualité de Benoît XVI au JMJ ..... (*)

-"je puis vous aider en partageant certaines leçons tirées des séminaires d'après -divorce que j'anime ...... les milliers de personne qui ont lu ....les centaines de lettres que m'ont adressées mes lecteurs ...." lui au moins a sa réponse aux questions qui se posent quand on réfléchit à la parole suivante "aime ton prochain comme toi même " !
L'auteur conclut même son chapitre d'introdution par un paragraphe sur "retrouver la foi " avec une phrase sublime "je pense ...... que Dieu veut notre épanouissement personnel "

"le petit Jésus en culotte de velours " ainsi que disait ma grand -mère pour qualifier quelque chose de délectable .... ici un délice pour l'esprit critique ! un ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains , qui devrait même être placé dans l'Enfer de la bibliothèque mais ça c'est pour le jour de la venue du "petit jésus bolchévique " cher à certain et qui m'a bien plu .....

(*) "Samedi, il a présenté des excuses historiques pour le "mal" provoqué par les abus sexuels commis par des membres du clergé australien.

Benoît XVI s'est dit "profondément désolé pour la souffrance que les victimes ont endurée" et les a assurées qu'il "partage leur souffrance". Il a souligné que les coupables devaient être "conduits devant la justice".

L'expression anglaise employée par le pape, "I am deeply sorry" correspond à une formule d'excuses. C'est la première fois que le pape s'excuse pour un scandale qui a gravement compromis la réputation de l'Eglise catholique dans plusieurs pays.

Benoît XVI a aussi évoqué sa "honte" et celle de toute l'Eglise pour ce drame, comme il l'avait fait aux Etats-Unis en avril."

Oui , je fais preuve de mauvais esprit mais il y a des choses que je n'avale pas ....

Des excuses globales pour des actes dont se repentent( en façade ? ou sont ils déjà absous à leurs yeux et vis à vis de Dieu par une confession de leurs penchants ) ceux qui ont été pris la main dans le sac et toute une hypocrisie sur la vie amoureuse des prêtres .... et ce depuis bien des siècles .

J'ai dévié du sujet originel mais l'occasion était trop belle .
Pour en revenir au livre , objet de ce bulletin , il pourrait :s'intituler " comment flatter mon égo et gagner de l'argent en utilisant les difficultés d'autrui" mais cela aurait été moins porteur .

Pour conclure je vais vous livrer une petite merveille atttibuée à Saint François de Sales
( j'entends déjà quelques mauvaises langues ironiser et faire le lien avec l'appel à Dieu comme moyen de se sentir apprécié et de remonter dans l'estime de soi , de se construire un amour propre solide afin de pouvoir faire dont de soi par amour altruiste ..... "ça y est , elle est touchée par l'Esprit et se met aux lectures des livres des Saints .... ) :" Le mariage est un certain ordre où il faut faire profession avant le noviciat , et s'il y avait un an de probation comme dans le cloître , il y aurait peu de profès "

NB cette phrase que je prends moi au pied de la lettre a été dévoyée par Charles Dufayard dans sa préface à " Petite histoire de la Savoie " où il tente de convaincre le lecteur que le rattachement à la France fut la suite légitime des évènements prédedents 1860 durant lesquels le Savoyard a "connu à plusieurs reprises les bienfaits de l'administration française "

mercredi 9 juillet 2008

aller voir les boutiques

En cette période de soldes quoi de plus naturel ( pour une femme de surcroît) que d'aller faire les boutiques !
Nul n'est besoin de prendre la voiture , vous proposer un petit tour en centre ville suffira .


Prêts ? alors on y va !



A l'angle de la rue Dessaix et de la rue Croix d'Or mon regard est attiré par le pannonceau de la vitrine


et j'imagine ce qui a pu conduire la propriétaire de cette boutique à l'installer ; il faut savoir que ce sont plutôt des dames de style bon chic bon genre





parfois d'un certain âge et d'un embonpoint certain , qui fréquentent le plus souvent ce magasin ....


Soit une cliente potentielle installée dans la cabine d'essayage en train d'essayer de rentrer ses bourrelets ( mal contenus par une gaine culotte sensée lui galber les formes ) dans une robe taille 54 que la commerçante lui a tendu sans commentaire après examen des modèles en 46 par la dame quelque peu replète ( ne pas s'avouer "faire un bon 56" ) venant de faire un arrêt salon de thé au cours de son après midi shopping ....
Entrent alors quelques jeunes demoiselles ayant repéré dans la vitrine une jolie vêture colorée et décolletée que l'une d'elle passe et qui tombe à merveille .



Elle s'admire dans le miroir tandis que la cliente précédente essaye désespérément de rentrer le ventre pour fermer l'objet de son choix tout en trouvant la glace peu flatteuse . Que va t'il se passer ?
les jeunes filles sortent sans rien avoir acheter parce que leur budget est incompatible avec cette dépense et la cliente potentielle s'en va sans rien prendre parce que "décidément vos modèles taillent petits "
Morale de cette histoire inventée : "mieux vault prévenir que guérir "

En poursuivant la rue Croix d'Or au ciel de laquelle pendent les flammes des différentes "zones" des Savoies et notamment celles du Faucigny et du Chablais se trouvent deux magasins que certains , certaines pourraient supposer être mes préférés ; j'admire il est vrai la charrette du glacier et il m'arrive de jeter un oeil gourmand sur le "salon des chocolats "


quand je fais du lèche vitrine dans cette rue l'incontournable , le magasin devant lequel je m'arrête toujours pour savourer ce qui est exposé , est ......


...... celle du chapelier .

Si je dois sacrifier au plaisir de la gourmandise je me dirige en passant par la ruelle qui longe le théâtre vers les Éléphants et je m'engage sous les arcades ; là se trouve un trésor suranné : la pâtisserie -salon de thé "au fidèle berger ".


Decorum bougeois assuré tant par la clientèle que par les vendeuses , une décoration de marbre malencontreusement recouverte d'une peinture qui s'écaille par endroits , une arrière salle avec dames d'un certain âge arrivant chapeautées qui s'installent mettant au jour en quittant leur manteau de petits tailleurs bien coupés .... rien de clinquant ; fille , petite fille ou belle fille les accompagne avec parfois un nourrisson en landau , style twin set et perles .
De grands miroirs recouvrent le mur du fond , derrière les banquettes pour agrandir la perspective d'une pièce relativement petite et encombrée . En bref , une ancienne "maison" chambérienne qui s'accroche à son cachet .
Il s'y fabrique en cuisine une spécialité que vous ne pourrez acheter nulle part ailleurs , dont le secret de fabrication est jalousement gardé et pour lequel un brevet a été déposé :
le Saint Anthelme , délice pour les papilles gustatives ! ( j'évite de penser aux kilo calories qu'une part de ce gateau représente ) .


Les jours de marché un détour s'impose place de la mairie rien que pour la vue de ce troquet avec petits rideaux qui lui aussi a un style d'un autre siècle , d'un autre lieu : estaminet de village descendu en ville ....


J'imagine une clientèle fidèle qui "fonctionne" au ballon de blanc , au blanc limé ou à la marquisette , au "p'tit noir" arrosé ou non .

le retour se fait par la rue Saint Réal , à l'angle de laquelle la vitrine de la pharmacie a attiré mon regard ....

.... des vieilleries comme je les aime et pas de publicité pour "perdre 6 kilogrammes en 3 jours " , pour les crèmes anticellulites ou pis encore installation de chaise percée et de béquilles, de sacs de couches pour incontinent(e)s , afin que le passant soit informé que l'officine assure la vente ou la location de matériel para médical.

Un peu plus haut dans la rue , face au bâtiment de la" Mission" (décriptez mission italienne , annexe du Consulat ) se trouve un antiquaire qui vend entre autre merveilles des bijoux anciens et des tableaux d'un peintre savoyard octogénaire dont l'atelier surplombe la place Métropole toute proche

Encore un peu de courage ..... tournons dans la rue Métropole où à côté de l'ecrivain public



se trouve la boutique "d'art religieux"associée à celle de "l'art funéraire" , de quoi faire ses courses en dernière minute pour ne pas arriver les mains vides si l'on doit assister à une messe de funérailles à la cathédrale ....







certains "bouquets" immortels sont d'un style kitchissime désolant tel ce coeur en fleurs synthétiques rouges que ma fille mange des yeux à chaque passage ..... tandis que je prie pour qu'elle n'ai jamais - au moins pas tant que son goût reste inchangé - assez d'argent de poche pour l'acheter afin de décorer sa chambre



Il va de soi que mon reflet parmi les Vierges est déplacé !

Il nous faut maintenant traverser la place Saint Léger , nous diriger vers les escaliers du Chateau et bifurquer sur la droite puis dans la rue Basse du chateau pour voir une des boutiques de la ville ancienne dont le banc de pierre a été conservé tel qu'au XVème siècle .


En retournant sur nos pas impossible de ne pas s'arrêter devant la vitrine du luthier , ouvrier d'art qui s'ocupe essentiellement de réparations de violons anciens .



Revenons sur nos pas .... place Saint Leger , rue Croix d'Or .... puis engageons nous rue d'Italie en direction du Faubourg Montmélian , à l'origine à l'extérieur des murs d'enceinte de la ville .
Toujours animé et cosmopolite j'y ai trouvé quelques vitrines début de siècle (pas celui ci , le prédédent ! )


dont certaines mélangent l'ancien et le moderne : le XXI ème siècle et sa cohorte de moyens de communications résoluments au goût du jour hébergés derrière les boiseries de la façade d'un magasin vieillot.




J'arrête là ce premier tour de ville virtuel et vous souhaite le bonsoir .
"arvi pâ "....





PS si l'envie vous prend d'en savoir un peu plus sur les femmes du pays qui "badaient " ces magasins avant l'annexion de la Savoie par la France faîtes donc une ballade sur le site
www.maurienne-genealogie.org/images/Image13.gif