samedi 26 février 2011

expressio mène à tout

même à tenter de versifier . Ne voulant pas faire une croix sur toute activité intellectuelle après une pause involontairement longue je me suis remis aujourd'hui à laisser ma trace sur expressio un site que j'ai découvert pour mon plus grand plaisir .
Dans mon élan j'y suis allée de ma petite histoire :



Une petite fille

tête recouverte d'une mantille

à la messe du dimanche

tenant Grand Maman par la manche

se demande pourquoi

pourquoi toutes ces croix

que l'on se trace sur le front

à peine passé la porte

de cette drôle de maison

dont le toit est celui d'un côtre

renversé sur la place

dont le noir la glace.

L'eau du bénitier est froide

elle voudrait bien y placer des poissons

pour mettre de la vie , de l'animation

quand les bigotes de leur doigts frôleront

le corps glissant , les nageoires des goexpressio ujons .

Plus amusant que ces statues de plâtre roides .

Un dimanche , rien qu'une fois

échapper à l'humidité de la croix

sur son front tracée

avec de l'eau donnée

passée de mains en mains

tous les dimanches matins .


Une fois , rien qu'une fois …

pas plus pour la survie des gobis

rien que pour voir la tête de Mamie

et peut être entendre les cris

des femmes époulaillées

femmes et filles en-chapeautées

pour encenser Jésus Christ

une fois ... pour une croix …

Dans la pénombre qui entoure le bénitier

personne n'y verra rien

on croira que les démons

de l'église ont pris possession

et si elles n'y voient que du feu

c'est encore mieux !

Elles croiront que c'est le diable

peut être ... mais c'est pas fiable

car l'Esprit Saint se ballade aussi

tut doucement , sans faire de bruit

en langue de feu parfois

sur ceux qui ont la foi

ceux qui disent sans sourciller

« croix de bois , croix de fer

si j'mens j'vais en enfer »

Si les paroissiens , les paroissiennes

se mettent à croire au surnaturel

pour des poissons tout juste péchés

cela va être la croix et la bannière

Génuflexions et processions

messes et assemblées de prières

chacun voudra avouer ses pêchés

embouteillage pour aller à confession

On en aura jamais tant vu :

des vieux et vieilles

bons pour l'extrême onction

des qu'on aurait jamais cru

tant les fautes montrées ont l'air vénielles

mais qui en fait font des cocus

et dans le tiroir ont un polichinelle

dont elles craignent qu'il ne ressemble au père

Celui qui monte une femme qu'est pas la sienne

Ceux qui d 'avoir trop bu

font de la vie des leurs une misère …

Les péchés capitaux et les autres

seront vite racontés au curé

tant tous seront pressés d'espérer

une place libre au ciel

près de l'ange Gabriel.


Une petite fille

tête recouverte d'une mantille

à la messe du dimanche

tenant Grand Maman par la manche

s'assied , s'agenouille , se lève

s'agenouille , s'assied , se relève

voudrais bien prier puisqu'on lui a dit de le faire

fait un signe de croix : front ,thorax , menton

récite son Notre Père

comme à l'école elle dit du Prévert

voudrais parler et dois se taire

regarde le chemin de croix

comme un livre d'images

le même d'un dimanche à l'autre

feuillette d'un missel les pages

fourmis de mots sans illustration

comprend un mot parmi tant d'autres .



Une fillette dans le catholiscisme éduquée

va à la messe chaque dimanche ainsi qu'on le lui dit

sans question est enfant de Marie

récite Credo , Patenôtre, Ave Maria et Confiteor

comme on le lui a inculqué

va à confesse sans rien de particulier à dire

mais c'est l'habitude qui parle

respecte Carême , les Cendres

chante « les anges de nos campagnes »

« Douce Nuit », « Gloria in excelcis Deo »

met robe du dimanche et médaille sans réfléchir ,

celle de sa « grande » communion

où en aube elle a défilé

comme un mannequin en procession

avant d'être photographiée ,

la montre de sa confirmation ,en or ,

pour sa première hostie avalée .

Elle est fière de se sentir grandir

de baragouiner ce latin d'église

qui donne l'air savant

pour faire des ignorants



Une jeune fille

tête sans mantille

coiffé d'un bob , d'un chapeau

le dimanche va en montagne

tient la corde et l'avale .

A Dieu elle parle sans mentir

de son envie d'inventer

une nouvelle carte du tendre

pour son amour , son aimé


La jeune fille au lycée

aumônerie et scoutisme a trouvé

une foi à découvrir , à réléchir ,

à batir et déconstruire

en remuant des idées

dans une tête faite pour penser

avec un corps conçu pour vivre et faire vivre .

Une foi sans s'abêtir .

Croire en Dieu ou ne pas croire

pari de Pascal ou conviction

sans cesse remise en question

Entrer dans un lieu de culte

pour regarder , prier , voir

peut être simplement

la beauté d'un bâtiment

quitter un instant le tumulte .


Une femme dans sa vie entraînée

à faire pour sa famille vivre la maisonnée

peut entrer dans une chapelle ou un temple

simplement se poser et puis parler

causer toute seule ou dire à Dieu

poser sa vie et la reprendre

de ce simple fait soulagée .

Un Capucin pour l'entendre ,

un autre chrétien de passage

prêtre , pasteur ou paroissien

une soeur , un moine qui voyage

qui croit au Christ mort sur un pieu

ou un humain , un autre humain

qui sait voir la main tendue

et , sans dogme, la sienne tendre

pour l'empêcher d'écouter .

Immam , rabbin , juif ou musulman

méconnaisant mosquées ou synagogues

en tant que chrétien je n'ose y pénétrer

pour ne pas risquer de heurter vos rites

troubler la lecture du Coran

ou celle du Décalogue .

Une femme interpellée par des évènements

s'interroge , réfléchis , veut comprendre

le pourquoi , le comment de la vie

à quoi ça sert d'être là maintenant

pourquoi pas autrement mais ainsi …

et finallement se met à nu

laissant les faux semblants

de ce qu'elle est se contentant

par force et pas par choix

pour dans le monde tracer sa voie .












vendredi 25 février 2011

des vivants et des morts( 2)

[...]"Nous sommes le fruit des générations , le produit ultime de vies vécues et partagées , d'amours ,de haines, de guerres et de paix, d'injustices et de joies , de drames et de délices, de révoltes et de réconciliations , de rêves et de rancoeurs , de secrets , de mots , de paroles qui se murmurent et de disent à travers nous , inconsciemment ..(....) si par moments certains s'avisent de critiquer cette histoire , ce n'est que pour se définir à travers elle en se définissant contre elle .D'autres, blessés , mortifiée, préfèrent la taire, sans savoir qu'elle se raconte à travers leur silence, si haut et si fort que toutes les autres paroles en deviennent inaudibles (....)un écrin à cette culture qui nous habite , par laquelle nous existons , agissons, vivons , sentons et aimons , pour comprendre peut être, au bout du chemin ,qui nous sommes à travers ce que nous avons été, et aussi tout ce que les autre ont été, ceux de nos familles, ceux des ancêtres que nous n'avons jamais connus , qui sont morts à jamais , mais qui continuent d'exister à travers nous , ceux que nous connaissons intimement , et ceux que nous abritons sans le savoir , ceux qui nous font agir sans que nous le sachions , contre notre gré, alors même que nous croyons accomplir les choix les plus libres , sans savoir que nous sommes en train d'emprunter leur voie, et qu'en secret , nous sommes les vecteurs indociles de leur immortalité "[...]
Un texte qui dès les premières pages de "Sépharade " d'Eliette Abécassis m'a parlé de tous ceux qui bien que disparus de notre proximité physique sont toujours présents .... leur souvenir , les laisser vivre dans nos pensées c'est leur paradis sur Terre . Ainsi en est il de ma grand mère maternelle à qui on m'a tant reproché de ressembler ; voilà 16 ans qu'elle m'accompagne du hachoir

http://monblog.ch/uploads/200603220238226/hachoir.jpg

au vélo à sacoches

http://i43.servimg.com/u/f43/11/23/88/56/velos_15.jpg
en passant par le livre de cuisine et les recettes qui gardent un goût d'enfance , le fourneau dans la cuisine et sa réserve d'eau chaude, une baignoire de plastique jaune qui a fini par partir à la déchetterie avec les mauvaises herbes qu'elle contenait ( je recycle ) car JN et Nico ne pouvant deviner les liens que j'avais avec mon baquet lui ont fait rejoindre les vieilleries à débarrasser ( je pense que si j'avais conduit à ce moment là je serais retournée la récupérer ! )
Sur les photos que j'ai retrouvé le landau ressemblait à cela et la mode était aux barboteuses


http://expograndir.files.wordpress.com/2010/02/landau1959.jpg http://imblog.aufeminin.com/blog/D20090127/362169_911979316_charles-00324_H235928_L.jpg

dont de nombreux modèles sont présentés dans le Larousse ménager .

Titine , ma Mémé , m'accompagne d'un biscuit de Savoie aux oeufs à la neige mais aussi d'une boîte à bouton à l'art de ravauder

J'ai ainsi baigné dans une histoire familiale qui avait quasiment sauté une génération


http://3.bp.blogspot.com/_0mWxhITvnuk/R4jYonG6jZI/AAAAAAAABqU/WkSEn7YSTmU/s400/COCOTTE.jpghttp://www.franceprix.fr/pr/medium/t/c/creuset-25001147002461.jpg



La cocotte en fonte noire a été rejointe par la coquelle jaune et des boîtes plastiques à n'en savoir que faire dans les placard de cuisine au décès de maman .
Des pièces de trousseau brodées
A G Ambrosiano- Guillot en toile ont rejoint mes draps et housses de couettes de coton ainsi qu'un petit meuble fabriqué par mon grand père



Je l'appelle toujours le petit meuble bleu .... persistance des souvenirs qui sont inscrits à même les draps , rappelant le mariage d'une septimontaine venue à l'usine et d'un italien fuyant les chemises noires mussoliniennes et leur huile de ricin .

"
nous sommes à travers ce que nous avons été, et aussi tout ce que les autre ont été, ceux de nos familles, " (....) "ceux qui nous font agir sans que nous le sachions , contre notre gré, alors même que nous croyons accomplir les choix les plus libres , sans savoir que nous sommes en train d'emprunter leur voie, et qu'en secret , nous sommes les vecteurs indociles de leur immortalité "

Parler avec une amie de son plus jeune fils décédé , évoquer Jean Barut près de 10 ans après comme s'il était encore là avant hier à m'expliquer pourquoi la cathédrale St François est la Métropole , retrouver une photo de Stéphane ou une de mémé des Matelles (10 ans ou presque déjà ) , tomber sur Jef

http://scoutsduquebec.qc.ca/musee-scout/repertoires/uniforme/Foulard-Nat.jpgdésolée Jef , j'ai pas trouvé de jaune bordé blanc

au détour d'un album facebook , savoir qu'il y a bientôt un an déjà un accident à emporté 2 vies et se remémorer ce qui a été vécu avec eux qui ont marqué ma vie sans forcément que nous nous soyons fréquentés beaucoup je crois que c'est les faire vivre un peu parmi nous
L'estime que l'on a pour eux n'est pas une question de durée mais de communication , d'échanges alors qu'ils
continuent d'exister à travers nous et à travers les générations suivantes qui les ont connus soit directement soit à travers nos mots

http://monblog.ch/uploads/200603220238226/hachoir.jpg
http://www.blogger.com/post-edit.g?blogID=4455050349481106240&postID=6671785360641312145
http://expograndir.files.wordpress.com/2010/02/landau1959.jpg

http://imblog.aufeminin.com/blog/D20090127/362169_911979316_charles-00324_H235928_L.jpg
http://3.bp.blogspot.com/_0mWxhITvnuk/R4jYonG6jZI/AAAAAAAABqU/WkSEn7YSTmU/s400/COCOTTE.jpg
http://www.franceprix.fr/pr/medium/t/c/creuset-25001147002461.jpg
http://scoutsduquebec.qc.ca/musee-scout/repertoires/uniforme/Foulard-Nat.jpg