mercredi 23 mars 2016

« Don’t let them kill us »

 Hier bombes  à Bruxelles ,  il y a quelques jours tuerie en Côte d'Ivoire.
 Un peu avant le Mali , le Burkina Faso , Mogadiscio , le Sinaï égyptien .
Depuis plusieurs semaines  des attentats réguliers en Turquie mis par le gouvernement Erdogan sur le dos du PKK ou de DAECH . (http://www.20minutes.fr/monde/1810627-20160321-turquie-erdogan-denonce-hypocrisie-union-europeenne-combat-contre-pkk)


En surfant sur le net faute de surfer sur la neige  j'ai relevé  des articles , des postes , des vidéos  qui sortent de l'ordinaire des RIP et condoléances , des articles alarmistes et ou pessimistes d'usage 


"On ne va pas s'arrêter de vivre, parce que des imbéciles veulent mourir", clame Charline Vanhoenacker ce matin sur France Inter.
http://www.ozap.com/…/france-inter-charline-vanhoena…/493472

https://www.facebook.com/Observateur-275861575912954/?pnref=story

 de  beaux textes aussi :  http://europeanjournalists.org/fr/2016/03/22/bruxelles-22-mars-2016-recit-dune-triste-matinee/

"Je respire. Profondément. Assis sur ce banc public. Je me dis qu’il faudra bien s’habituer à prendre soin de soi et de ses proches. Qu’il faudra mieux veiller encore à la sécurité de nos collègues.
Je me dis aussi qu’il faudra beaucoup de courage et d’engagement pour ne pas renoncer à nos libertés. Celles, précisément, que visent les terroristes.
Je pense aux victimes. Je me dis qu’en leur mémoire, il n’y a d’autre choix possible que de résister, plus que jamais, à la tentation du sacrifice de nos libertés sur l’autel d’une illusoire sécurité."

celui de Delphine Minoui "[...]Avant d’entrer, tu te prépares à ouvrir ton sac, un automatisme en ces temps de sécurité renforcée. En fait, le garde n’a pas le temps de te dire de l’ouvrir pour le fouiller. Le bruit de l’explosion vous a rattrapées. Un bruit soudain, sourd, violent. Ca venait d’Istiklal, un peu plus loin. Avec ta fille, on te pousse vers l’intérieur. La porte se referme derrière vous. Il est 11h, l’heure du conte. Tu comprend exactement ce qui vient de se passer. Elle te demande : C’était quoi ? Tu dis : Oh, des feux d’artifices, sans doute. Elle te tire par la manche : “Maman, on va être en retard, le conte va commencer”. Alors, comme si de rien n’était, tu vas t’asseoir avec elle, sur le petit banc bleu. Ce samedi, il est quasiment vide. Dehors, des parents ont fait demi-tour avec leurs enfants. Aujourd’hui, c’est l’histoire du chien qui pue. La conteuse est formidable, elle captive sa petite audience tandis que, dehors, les sirènes retentissent ; tandis que, sur le smartphone, le nombre de morts, de blessés ne cesse d’augmenter. Il est 11h45. Le conte est terminé. “Déjà ?”, tu te surprends à penser. Tu aurais voulu qu’il dure une éternité. Tu es journaliste, mais là, tu n’es pas seule : tu es une maman avec son enfant. Soudain, tu appréhendes cet instant – pourtant si familier depuis tant d’années passées sur des sables bien plus mouvants - où il faudra sortir, se confronter – la confronter - à la dure réalité. Le préposé à la sécurité n’en a que faire. Il a pour consigne de faire évacuer l’édifice. Au plus vite. Suivez-moi. Longez le mur. La porte-arrière est là. Bonne journée. A part les pigeons, la place Taksim est un quasi désert. Dans tes bras, ta fille te dit, détendue : “Je crois que c’est la première fois que j’entends une explosion”. Tu ne réponds pas, de toute façon le bruit des hélicoptères aurait étouffé ta réponse. Alors, elle te demande pourquoi il y a tant d’hélicoptères dans le ciel. Sans réfléchir, tu rétorques par la première sottise qui te vient à l’esprit : “A cause de l’orage à venir… Tu te souviens, ce matin, quand tu as mis tes bottes pour la pluie…”. Et tu te dis : c’est vraiment l’heure du conte."


 et puis des mises au point sur le fait que ces primates là se vêtent de religiosité,  utilisent  une religion  pour  faire oeuvre de crapulerie
 http://www.romandie.com/news/Les-attentats-de-Bruxelles-violent-les-enseignements-de-lislam/687910.rom

 "Al-Azhar condamne fermement ces attaques terroristes. Ces crimes haineux violent les enseignements tolérants de l'islam, a indiqué dans un communiqué l'institution.

Si la communauté internationale ne s'unit pas pour faire face à cette épidémie, les corrompus ne cesseront jamais de perpétrer leurs crimes abjects contre les innocents, a-t-elle ajouté."


 On retrouve ceci exposé dans divers documents dont celui d'ARTE

http://www.arte.tv/guide/fr/064537-000-A/daech-paroles-de-deserteurs?autoplay=1  
que l'on peut visionner jusqu'à mi-avril .

 Par ce qu'ils veulent nous empêcher de vivre , de danser sur un rythme qui n'est pas le leur   il nous faut continuer à vivre comme d'habitude  en riant , allant au cinéma , au concert , en partant en vacances ,en  lisant ,en  nous promenant  ... en trouvant qu'il y a des choses belles tout autour de nous et qu'il suffit d'ouvrir les yeux pour les voir .
  Bien sûr qu'il y a des tracas , des soucis , des inquiétudes : chômage , modifications  climatiques liées aux activités humaines, un environnement qui se dégrade et une bio-diversité qui diminue de façon drastique .... mais  s'inquièter de cela c'est aussi se projeter dans l'avenir sans laisser ces actes terroristes nous le boucher en  nous effrayant de façon irraisonnée .
 Des jeunes gens  relativisent : « Le terrorisme, on en parle beaucoup parce qu’il y a beaucoup de médias. Dans le temps, les guerres faisaient davantage de victimes, et on n’en parlait pas. »

  Nous laisser inquiéter  au point de  ne plus vivre  librement c'est leur donner un pouvoir  et ça je le refuse .





 à lire et écouter aussi :
* http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/23/stupeur-chez-france-inter-eva-vincent-sont-optimistes-263542?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1458725260

*"Il y a l’islam et l’islamisme. Comment est-on, selon vous, passé de l’un à l’autre, alors qu’aujourd’hui une différence est médiatiquement établie entre la barbarie intégriste et l’islam qualifié de paisible ?
L’islamisme, c’est la fusion du politique et du religieux mais pas seulement. C’est d’abord et avant tout l’idée que l’on se fait de l’homme et de sa contribution dans la cité. Pour faire court, les islamistes qu’ils soient «fréristes» ou djihadistes prétendent que tout a été dit et écrit dans le Coran et la sunna. Il ne nous reste qu’à appliquer ce qui est contenu dans ces textes dits sacrés. Le reste, c’est-à-dire, l’innovation, la création, les sciences, les arts, la culture, la littérature relèvent de la bid’a qu’il faut combattre par tous les moyens, quitte à assassiner les créateurs et les penseurs. En ce sens, les islamistes incarnent un projet mortifère.
A cet éclairage philosophique, il faut bien entendu y ajouter des éléments d’ordre géopolitique pour fermer la boucle. Le fait est que l’islam politique a gagné du terrain à partir des années 1980 en raison de la crise des Etats-nations, de la révolution islamique iranienne, du dynamisme de l’Arabie Saoudite et de sa diplomatie du portefeuille. Dans ces conditions, la parole des démocrates devenait de moins en moins audible.
L’administration américaine, qui s’est alliée aux djihadistes en 1979 en Afghanistan, a créé les conditions objectives de la naissance d’Al Qaîda avec la première guerre du Golfe en 1991 et a permis l’ascension d’une second monstre, Daech, après l’invasion anglo-américaine de l’Irak en 2003.
http://www.elwatan.com//culture/daoud-tout-comme-sansal-et-zaoui-sont-des-phares-dans-l-obscurite-18-03-2016-316828_113.php"

Aucun commentaire: