mercredi 27 avril 2016

encore un billet ...

... une argumentation et une opinion  qui valent  la peine d'être écoutée et prises  en compte .
 Je n'aurai pas , je pense , porté le voile pour un "hidjab day" 
parce que je ne vois pas  en quoi  une journée déguisée permettrait d'éprouver l'impact du regard d'autrui (c'est un des arguments exposé par des participantes) puisqu'il s'agit d'une posture pour quelques  heures  et non pas  d'un vécu quotidien - ; tant qu'ils/elles y sont pourquoi ne pas vouloir se donner l'apparence d'un -e-  homme/femme noir-e  de peau  de l'Afrique sub-saharienne  ou vivre comme un-e sans papiers) ou plus simplement  d'un-e SDF faisant la manche, cherchant à dormir dans un point d'accueil sans  forcement le pouvoir faute de place ... .
 Si  je dis que  celles qui le veulent doivent avoir la liberté de le porter -à condition que cela soit la leur et pas celle d'un milieu , d'une famille , d'un père ou d'un mari  et que ce choix doit être l'aboutissement d'une réflexion (et qui dit réflexion dit éducation ouverte  sur le monde pas endoctrinement - ) - je dis aussi que les musulmanes qui ne le veulent pas doivent pouvoir  ne pas se couvrir la tête et encore moins  de la tête aux pieds .
Et tant qu'à avoir un geste militant ce serait  , c'est sûr , pour que les filles et les femmes ne voulant pas se hidjabiser  puissent le faire  sans  risquer de représailles  , que celle ci soient pour les tyrans domestiques et ceux  qui rodent dans certains quartiers avec leurs regards et leurs remarques  visant à les  culpabiliser .Mais là le législateur  n'agit pas   et quand sur d'autres problèmes  liés  aux relations entre les personnes (violences conjugales ou familiales , harcèlement ...)  il y a des textes de lois   ( été 2010  seulement ) ceux-ci sont  trop souvent lettres mortes  dans la pratique .*
 Peut être fais-je du bisounourisme  ...
Régulièrement des paroles ou des écrits  évoquent  le  risque  d'un entrisme  nous menant progressivement mais inexorablement vers un fascisme islamique .
 Cet article en fait partie :
 "..."Ni obligation, ni interdiction du voile", vraiment?
Cher étudiant de Sciences Po, cette initiative que tu as prise a le mérite de dévoiler au grand jour l'état de confusion qui s'est glissé dans ta tête. S'agissant des concepts, tu sembles perdu au point de ne plus savoir ce qui différencie la liberté de l'aliénation, le libre choix de la servitude volontaire. Étienne de La Boétie reviens je t'en prie! Grisé par une overdose de liberté, tu es devenu indifférent au sort de tes semblables. Tu as rompu avec une partie de l'humanité. Ta pensée s'est ramollie. Tu as déserté ta responsabilité. A tes yeux l'émancipation n'est rien; la fraternité est datée; la solidarité est un truc de nostalgiques. Tu t'es laissé contaminer voire piéger par un Tariq Ramadan, champion du double discours s'il en est un, qui avance masqué derrière sa célèbre pirouette sémantique (encore une!) "ni obligation, ni interdiction du voile" pour mieux mitrailler la résistance des têtes nues.
S'agissant du statut des femmes en islam, il y a mille chantiers à ouvrir: l'héritage, le témoignage devant un tribunal, la polygamie, la répudiation, la violence conjugale, les crimes d'honneur, la responsabilité maternelle à l'égard des enfants, le mariage d'une musulmane avec un non-musulman, l'accessibilité à la fonction de juge ou à celle d'imam, l'éducation, la contraception, l'homosexualité et les châtiments corporels. Mais sur l'ensemble de ces sujets-là, Ramadan se fait discret. Il n'en a que pour le voile. S'il le défend avec tant de malice, c'est qu'objectivement le voile fait partie de sa stratégie de conquête du pouvoir. Quant à sa formule "ni ni", c'est de la poudre aux yeux pour rassurer les faux humanistes, les paresseux, ceux qui se complaisent durablement dans le mensonge. Ceux-là même qui combattent la vérité, faisant mine de la défendre. Eux qui rêvent de nous jeter dans l'étouffoir de LA communauté des croyants, la fameuse Oumma. Eux qui font tout pour nous culpabiliser, atrophier nos réflexes citoyens et saper nos acquis démocratiques.
L'islam politique implique une rupture historique avec la République
En Occident, ce voile est devenu le porte drapeau de tous ceux qui prônent la fusion entre l'islam et l'État. L'islam politique implique une rupture historique avec la République, et une réorientation sociétale majeure. Fragiliser le statut des femmes devient donc un impératif. Dans cette perspective, investir l'espace public par le voile est un enjeu majeur. Le pouvoir passe par la visibilité des "voilées". Tout cela, Tariq Ramadan le sait fort bien. C'est pourquoi il fait du voile SA priorité. Lui, ses militants et leurs organisations satellitaires, des Frères musulmans aux salafistes, travaillent d'arrache-pied pour que l'expansion de l'islam politique soit aussi vigoureuse que rapide.Tout cela, Tariq Ramadan le sait fort bien. C'est pourquoi il fait du voile SA priorité. Lui, ses militants et leurs organisations satellitaires, des Frères musulmans aux salafistes, travaillent d'arrache-pied pour que l'expansion de l'islam politique soit aussi vigoureuse que rapide.
A l'évidence, cher étudiant de Sciences Po, tu souffres du syndrome de l'individu blasé par un trop-plein de privilèges et de liberté. Il est vrai qu'en cette matière tu n'as rien demandé. La liberté est venue à toi sur un plateau en or. Soit. Tu n'as jamais risqué un seul cheveu de ta tête pour te rendre dans une salle de classe. Toi, tu n'es pas une petite fille du Nigeria. Toi, tu affiches une réelle indifférence face au calvaire de Assiatou Enlevée par Boko Haram (Michel Lafon, 2016). Toi, tu n'es ni Katia Bengana ni Amel Zenoune, deux jeunes femmes assassinées à la fleur de l'âge pour leur refus de porter le voile dans l'Algérie des années quatre vingt-dix. Toi, tu hausses les épaules face aux résistances héroïques des femmes iraniennes et afghanes. Toi, tu n'as connu ni l'exil forcé, ni la persécution sourde et muette des longues nuits de terreur des enfants et des femmes yézidis. Toi, tu ne t'es jamais caché pour prier, comme sont condamnés à le faire des chrétiens d'Orient. Toi, tu n'as jamais eu à trembler dans un autobus de peur que ton identité soit reconnue. Toi, tu ne sais pas ce que signifie la révolte d'un Garcia Lorca. Toi, tu ne te sens solidaire ni du destin d'une Asia Bibi ni de celui d'un Raïf Badawi. Toi, tu as visité le ghetto de Varsovie comme si tu te rendais à un concert de rock. Toi, tu n'as strictement rien retenu de l'affaire Dreyfus.
Non, la vérité n'est pas une moyenne de toutes les postures. Entre la démocratie et le fascisme vert, il n'y pas de demi-mesure. On ne peut prôner du même souffle la liberté et l'aliénation. C'est soit l'un, soit l'autre. A toi de choisir ton camp.
Aie le courage d'être une femme libre!
Reconnaître en l'Autre ta propre humanité t'aurait pourtant permis de saisir l'impératif catégorique de Kant lorsqu'il affirme: "Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux aussi vouloir que cette maxime devienne une loi universelle".
Certes, la République s'est montrée généreuse à ton égard. Mais que fais-tu pour défendre ses idéaux? Flirter avec la théocratie? Faire du pied à Daech? Oui, je vais oser le dire et aller jusqu'au bout de mon raisonnement. Entre ceux qui s'enrôlent dans les milices de Daech et toi qui participes à normaliser ses symboles, il y a bel et bien un fil conducteur. A moins de considérer qu'entre l'idéologie, le politique et le militaire, nul lien n'existe. Tu devrais le savoir, toi qui consacres tes journées à étudier l'histoire des régimes politiques.
Avec cet événement du Hijab Day, tu contribues à banaliser le mal tel que défini par Hannah Arendt. Le pire, c'est lorsque tu renonces à exercer ta responsabilité première de citoyen d'une démocratie. Tu t'égares. Tu déshonores la pensée. Tu méprises la connaissance. Tu t'éloignes de la condition humaine. Tu trahis les philosophes des Lumières. Tu t'enfonces dans un exotisme servile. Pourtant, ta condition de privilégié parmi les privilégiés ne fait pas de toi un être non moins apte à saisir la complexité du monde dans lequel nous vivons.
Ressaisis-toi, cher étudiant de science po. Sors de toi-même; ouvre les yeux; regarde autour de toi; réapproprie-toi la pensée; cultive-toi; lis; écoute ceux qui ont des expériences de résistance à te transmettre. Tu découvriras dans leurs mots le courage qu'il te manque pour devenir un homme libre. Tu puiseras dans leur silence la force de vivre debout. Tu trouveras dans leurs douleurs ce qui te manque pour tracer ton propre chemin vers toi-même et vers l'humanité. Tu verras, ton cœur se mettra à battre de nouveau pour la liberté. Car je veux continuer à penser, malgré tout, que tu es un homme en devenir." ...

 Boualem Sansal  exprime la même chose **  en évoquant les islamistes "intégrés"  .J'ai du mal à envisager tant de noirceur  dans une religion mais  ce n'est pas de foi dont il s'agit ici mais d'un projet politique associé à une prise  de pouvoir  sous couvert  d'une philosophie, pas de foi mais de religiosité  appliqué.Différents reportages  l'ont bien montré  et dans l'Histoire il y a de nombreux exemples de cet usage . Inquisition , croisades , luttes des rois de France et de leurs vassaux contre les Cathares ou les protestants ,...  les guerres dans l'ex-Yougoslavie  ( voir le film  "les femmes de Visegrad"  ou les livres de J Sacco )  ...,les talibans en Afghanistan , celle menée actuellement par  l'ISI  ne sont que l'expression  de ce type de projets et "2084 , la fin du monde" raconte  ce  qui peut arriver . La décennie sanglante***en Algérie en  était -et  ne suis pas sûre que le passé soit d'actualité -  une conséquence ; il ne faut pas négliger l'impact des wahhabites et des frères musulmans en Egypte  pas plus que celui du discours de Tariq Ramadan en Europe , d'Ennahdha  en Tunisie ...
Le lien fait dans l'article ci-dessus entre  un foulard  et  un mode de gouvernement   En Occident, ce voile est devenu le porte drapeau de tous ceux qui prônent la fusion entre l'islam et l'État. L'islam politique implique une rupture historique avec la République, et une réorientation sociétale majeure. Fragiliser le statut des femmes devient donc un impératif. Dans cette perspective, investir l'espace public par le voile est un enjeu majeur. Le pouvoir passe par la visibilité des "voilées". Tout cela, Tariq Ramadan le sait fort bien. C'est pourquoi il fait du voile SA priorité. Lui, ses militants et leurs organisations satellitaires, des Frères musulmans aux salafistes, travaillent d'arrache-pied pour que l'expansion de l'islam politique soit aussi vigoureuse que rapide. m'a  interpellée , me fait m'interroger  sur ce qu'il peut y avoir sous  ce qui m'apparaît plus comme une question vestimentaire , une forme de mode pour  de nombreuses jeunes filles - femmes  empêtrées  dans un communautarisme  ou un lien avec un habit traditionnel  pour les plus âgées .
 Y a t'il  diabolisation par une  partie de ceux qui prennent parole sur la question  et angélisme  d'autre part ( de la mienne en tout cas) ? ****
 
 Quand Boualem Sansal  parle des  islamistes "intégrés"  n'évoque t'il pas plus le danger liés à  ceux qui pratiquent la taqîya , la dissimulation ,pour agir en faveur de leurs intérêts que celui de ceux qui s'affichent ? 
L'impact des islamistes  dans certains quartiers est connu , leurs modes d'action - qu'il a évoqué dans "le village de l'allemand "  n'en est pas moins toxique  mais au moins a t-il  le "mérite" d'être visible  et donc de pouvoir être contrecarré notamment par l'éducation , l'incitation à la réflexion  . Est il pour autant moins  dangereux ? 
Oui si  on se donne les moyens de l'éducation  qui passe par la prise d'informations (pas la relation de faits divers ni une pseudo-information sectaire ) , leur analyse et leur mise en relation  donc la lecture , l'incitation à  la curiosité intellectuelle ...  Encore faut il en avoir les moyens et ceux qui ont vécu les années de plomb  en Algérie , ceux qui vivent-voient l' influence des frères musulmans en Egypte  (où si  il y a des femmes qui se dévoilent  il en est d'autres qui  de plus en plus nombreuses  se mettent à porter le  niqab, les premières appartenant à une élite urbaine scolarisée )   en doutent  car il est vrai qu'un gouvernement  noyauté  ne donnera pas les moyens de lutter contre ceux qui le noyautent  et le lobbying aboutit généralement à des prises de décisions qui ne vont pas prioritairement  dans l'intérêt des populations .
 Que faut il alors penser de la recommandation du Conseil français du culte musulman***** ?  ( sur le site duquel on trouve  aussi un texte  incitant les femmes à  exercer leur capacité de réflexion en ce qui concerne le fait de se voiler (intégralement il est vrai mais le raisonnement peut être sans doute  extrapolé ) :
... "Je crains que ce qui se joue à travers le voile intégral ou le niqab, ou le port de la barbe et des kamis pour les hommes tel qu’il se répand ici et maintenant, ce n’est pas s’habiller selon la tradition islamique purement et simplement, mais c’est restreindre la vision et la lecture de l’islam à un seul et unique uniforme. Une vision qui renonce à la raison, à la culture et à la diversité, qui a fait la richesse de l’islam.
Mes sœurs, je ne prétends pas que ma vision est la meilleure ou que vous devez abandonner la vôtre, mais je vous demande de réfléchir, de vous cultiver, de chercher le savoir dans plusieurs sources et de comparer. Notre Saint Coran nous appelle à réfléchir, à méditer et à raisonner des centaines de fois."...
Que penser de la prise de position d'universitaires dans une pétition contre l'interdiction du port du voile   au printemps 2015 , pétition relayée par  Libération " ? 
..." S’il y a bien un lieu dans notre République, où la liberté de pensée et d’expression, ou plutôt, le droit de cité se vit ici et maintenant, c’est encore au sein des universités - et même les tentatives qui ont visé à mettre à mal cette liberté autogérée (en envoyant ces dernières années les forces de l’ordre traditionnellement interdites dans nos espaces en cas de conflit, de contestation ou d’occupation) ne sont pas parvenues à nous désespérer de penser la complexité du monde social et les enjeux du vivre en commun, comme à en expérimenter les conditions possibles.
Or, vous ne pouvez ignorer que depuis plus de dix ans le voile, sur lequel vous vous exprimiez encore récemment, est une question qui n’a fait qu’instrumentaliser à moindres frais les droits des femmes au profit de politiques racistes, aux relents paternalistes et colonialistes - définissant pour les femmes de bonnes manières de se libérer, blanchissant une partie des associations féministes en les dédouanant de s’engager contre le racisme y compris dans leurs propres rangs et, inversement, en permettant à des associations dites «communautaires» d’assimiler le féminisme au bras armé de vos politiques islamophobes. La classe politique et votre parti, en exposant aux discriminations les plus brutales des femmes portant le voile (lynchages de jeunes filles, de femmes enceintes et de mères, discriminations à l’embauche, exclusions des écoles publiques, etc.), ont fait le lit des nationalismes et doivent être tenus pour responsables d’une situation de tension sociale sans précédent."...
Doit on s'inquiéter  d'une conspiration  ou évoquer la théorie du complot ? 
 u’il leur impose.
 Ces questionnements qui sont les miens peuvent ils être aussi ceux de tou-te-s ceux/celles  qui sont concernés ? 









*Qu'est ce qu'un rappel à la loi  pour un homme ou une femme qui en a frappé un-e autre?  rien  que 10 minutes  à se faire sermonner  , juste un motif   qu'il-elle se donne  pour  justifier  sa vindicte  et lui donner une raison  pour reprendre menaces et insultes .

** http://www.valeursactuelles.com/monde/boualem-sansal-mon-pays-me-fait-mal-37069


... "Dans une stratégie d’entrisme ? Tout à fait. Les islamistes “intégrés” ont une démarche très planifiée. Ils cherchent à influencer de l’intérieur. Chaque jour, ils arrivent à conquérir un espace ou des territoires supplémentaires, un bout de laïcité, des droits. Au nom de la tolérance et de l’antiracisme, de la lutte contre la xénophobie et l’islamophobie, ils mènent une stratégie de désarmement intellectuel et mental de la partie adverse.
Mais la confrontation intellectuelle reste possible en Europe ! Les lois françaises et européennes sont telles – notamment sur l’islamophobie – qu’elles interdisent toute critique, au nom de la tolérance. C’est aberrant : le système que l’on veut défendre se retourne contre nous et nous condamne !
Parleriez-vous de terrorisme intellectuel ? Mais oui. Si on n’est pas avec eux, on est taxé de discrimination. Sur ce point, ils ont réussi. Quand les gens battent leur coulpe sur le thème “ne pas confondre islamisme et islam”, c’est du miel dans leurs oreilles...."

*** "Le carnage contre Charlie Hebdo a fait replonger une partie des journalistes algériens dans les affres de la « décennie noire » des années 1990, durant laquelle des dizaines de membres de la profession furent assassinés. « Le scénario parait irréel, difficile à imaginer. Pourtant la réalité nous rattrape », écrit Omar Belhouchet, le directeur du quotidien El-Watan.
Le caricaturiste du journal, Hicham Baba Ahmed, alias Hic, observe que, dans de tels moments, il ne cherche à faire ni dans l’humour ni dans la finesse. « J’ai été triplement choqué : en tant qu’être humain, en tant que dessinateur et en tant qu’Algérien pour avoir vécu le terrorisme des années 1990 », dit-il.
Si Charlie Hebdo a suscité des avis très divergents dans les médias algériens lors de la publication des caricatures du Prophète, la condamnation de l’attaque contre l’hebdomadaire est unanime et sans équivoque. Ce n’est pas le moment de débattre des choix éditoriaux du journal satiriste français car « aucune caricature ne justifie la violence, le sang, le carnage », écrit le Quotidien d’Oran, en soulignant que les auteurs du massacre ont « produit la plus hideuse et la plus violente des caricatures de la religion musulmane »."

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2015/01/10/en-algerie-le-souvenir-des-annees-de-plomb-resurgit_4553344_3210.html#pXqUvLzvyw2Xe73Y.99
 
****http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Avignon-Reine-Jeanne-la-cite-des-salafistes-903833** 
 
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/la-reine-jeanne-avignon-cite-des-salafistes-pour-paris-match-1453283140

***** http://www.lecfcm.fr/wp-content/uploads/2014/06/cfcm_texte_convention__version_finalisee2.pdf
cf  article 5
Pour la plupart des musulmanes, une tenue vestimentaire adéquate traduit, comme
pour les autres religions, la dignité et la
conformité à la tradition religieuse.
5/14
Le voile est une prescription
qui recommande au Prophète de «
dire à ses femmes, à ses  filles et aux femmes des croyants" (Coran 33-59),
 de l’arborer pour la réserve qu’il leur impose.
Si nombre de musulmans de France ont pu vivre la loi
 sur l’interdiction du port du voile
à l’école publique comme une injustice, ils
respectent les choix de la communauté
nationale.
Concernant le port du voile intégral, il convient  de rappeler que la France a adopté une
loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public. À cette occasion, le
CFCM a rappelé à plusieurs reprises la position adoptée par la majorité des
théologiens musulmans qui stipule que  le port du voile intégral n'est pas une obligation religieuse.
Tout au long des débats sur le port du voile intégral, le CFCM a clairement affiché son opposition à cette pratique et sa détermination à continuer d’œuvrer par le dialogue et
l’éducation pour qu’elle ne s’installe pas sur le territoire national.
Le CFCM réaffirme que les musulmans de France aspirent comme tous leurs concitoyens, à pratiquer leur culte et vivre leur spiritualité dans le respect des lois et
des valeurs de la République auxquelles ils sont profondément attachés.


Aucun commentaire: