dimanche 26 février 2017

Lettre de Stephane Hessel à son petit-fils

http://www.deslettres.fr/lettre-de-stephane-hessel-a-daniel-pardonne-moi-jaurais-resister/

Stéphane Hessel (1917-2013) fut un résistant de la première heure et un intellectuel humaniste et engagé. Si l’auteur du manifeste à succès Indignez-vous ! s’est jeté à corps perdu dans sa lutte en faveur des droits de l’homme, il fut également un homme de famille qui, en touchant patriarche, adresse ici à son petit-fils une lettre touchante qui a valeur d’héritage.




Mon Daniel, ça y est ! Elle est donc née, Marie, elle fait de moi un arrière-grand-père. ça fait un mois que j’y pense tous les jours et que je résiste à l’envie d’en parler avec toi. Quelque chose m’intimide devant cette échéance qui me coiffe du bonnet du patriarche.
Je n’ai sûrement pas été un bon grand-père pour toi : ta vie débordante de musique, de voyages, de rencontres, d’échecs et de triomphes, j’aurais dû y être plus présent, plus mêlé. La mienne déjà si longue charrie encore trop d’engagements. Nos contacts ont été des moments de joie, de tendresse, de rigolade, pas de méditation.
Cette naissance appelle de la méditation, pas seulement de l’émerveillement joyeux. Je vais peut-être te sembler tout à coup bien pontifiant. Ce n’est pas mon habitude. Mais tu ne mesures peut-être pas l’importance du coup que tu as réussi et dont je suis jaloux.
Tu es déjà toi-même le produit d’apports multiples. Tes deux grands-pères viennent l’un de Berlin, l’autre de Chinon et leurs ascendants de Saint-Pétersbourg, de Londres et de Tulle. Mais ce que ta compagne Leïla apporte à cet enfant est inestimable : l’Orient des tziganes et l’Afrique de la Mauritanie. Marie sera donc le fruit d’un vrai métissage. Elle sera un passeur et je compte sur toi pour développer en elle cette qualité, la rendre fière de la diversité de ses composantes. Dans les replis de ce siècle encore jeune mais déjà compliqué, elle aura l’occasion d’en faire usage et profit.
Un jour quand elle aura vingt ans, elle tombera sur une camarade qui étudie l’histoire de France du XXe siècle, si loin déjà mais riche encore de massacres recensés et où les historiens auront repéré une date, 1944, et un drôle d’organisme clandestin qui, en pleine guerre, a réfléchi sur l’après-guerre et qui s’est appelé Conseil national de la Résistance. En 2024 Marie aura vingt ans et ce sera le quatre-vingtième anniversaire du programme du CNR. Il ne restera plus personne depuis longtemps qui ait vécu cette époque. Mais avec les formidables progrès qu’aura faits l’archivage historique, il y aura bien un chercheur pour cliquer sur son ordinateur et découvrir sur son écran l’Appel lancé à quelques jours de la naissance de Marie lors du soixantième anniversaire de ce texte par une bande de camarades de la Résistance.
Et nous supposerons qu’alors sa camarade à elle lui dira : « je vois que ton grand-père a signé cet appel et qu’il était un résistant ».
Elle se retournera vers toi et te demandera ce que cela veut dire. J’aimerais que tu lui fasses une réponse qui stimule son intérêt pour ce vocable. Parce que c’est un vocable précieux, à mon sens, pour une jeune femme du XXIe siècle, pour celle que sera devenu ce fragile et vaillant bébé que nous avons vu hier reposant entre les mains larges et noires de Leïla.
De moi, si elle te pose la question, tu peux lui dire ceci : ton arrière-grand-père a eu beaucoup de chance. Quand il a eu vingt ans le monde ne s’était pas débarrassé de la détestable habitude de faire des guerres pour faire triompher une nation, une race, une idéologie. Et ayant en face de lui un fou dangereux qui voulait subjuguer toutes les autres races à la race aryenne (comme elle aura appris l’histoire du XXe siècle à l’école elle saura de qui tu parles) mon grand-père n’avait aucune hésitation pour savoir à qui et à quoi il s’agissait pour lui de résister. Reste la question du comment. Si ta camarade a parlé de lui comme d’un résistant, c’est que les hasards et les chances dont il a bénéficié lui ont permis de reprendre le combat. Tant d’autres auraient voulu le reprendre et en ont été empêchés. Tant d’autres ont été bien contents de ne pas le reprendre. Il a pris des risques, a failli plusieurs fois y laisser la peau, a donné du fil à retordre à l’ennemi, a survécu.
Tu tâcheras de raconter ça le plus sobrement possible à Marie pour qu’elle y voie une jolie légende (tu enjoliveras un peu pour qu’elle ne s’ennuie pas trop).
Mais ensuite tu lui poseras les vraies questions sur la « résistance ». « Et toi, lui demanderas-tu, à quoi as-tu envie de résister ? »
Ne la guide pas trop dans sa réponse. Laisse parler son instinct poétique, ses émotions adolescentes.
Ce n’est évidemment pas à moi, ni non plus à toi de définir pour Marie ce qui l’indigne, ce qui l’enthousiasme, ce au nom de quoi et à quoi elle veut résister.
Et je te rends attentif, ici, à la vitesse à laquelle les problèmes du monde évoluent, se renouvellent, se transforment et comme il est difficile (impossible !) de prévoir quels seront les défis de 2024.
Nous sentons bien que de grandes explosions techniques, scientifiques, peut-être morales sont en cours, ou – plus grave encore – en attente. Des impatiences. Des tentations violentes. Des crispations communautaires, ce sont les pires !
Mais aussi des avancées patientes et courageuses dans le domaine du savoir sur l’homme, sur son inhumanité à résorber, un épanouissement peut-être de cette géopoétique dont le grand écrivain franco-britannique Kenneth White est le prophète.
En vingt ans, le monde aura forcément beaucoup changé. Vois comme il n’a déjà plus rien à voir avec celui où nous avons élu François Mitterrand à la présidence et l’avons accompagné jusqu’au Panthéon, une rose à la main.
Pas question donc de décider à quoi Marie devra – ou surtout voudra – résister. Mais sois sûr que la jeune  femme qu’elle sera devenue, enfant du Nord et du Sud, de l’Orient et de l’Occident, saura peser ses choix.
Dis-lui alors simplement de la part de son arrière-grand-père qu’elle ne deviendra elle-même et heureuse et forte qu’en refusant fermement de se plier à une pente des choses qui lui sera présentée comme inévitable ou à donner son aval à une situation qui la choque mais qu’on lui dira irrémédiable. De quelque direction que soufflera le vent de l’histoire, c’est la façon courageuse dont Marie tendra sa voile qui fera d’elle la navigatrice dont on s’accordera à dire qu’elle est une vraie résistante. Et la déesse de l’amour, la plus exigeante de toutes, lui prodiguera sa protection. Mais voilà, cher Daniel, que par ce vent je me laisse emporter.
Pardonne-moi : j’aurais dû résister.
Stéphane Hessel

élections ,conversations, ruminations , interrogations , revendications... révolution ?

"Comme chacun sait, Marx a dit que “les révolutions sont les locomotives de l’Histoire”. L’image est belle, mais fausse, selon moi. Les révolutions sont les béliers de l’Histoire. Lorsque le développement d’une société se heurte à des obstacles systémiques, la révolution n’agit pas comme une locomotive qui tire les wagons, mais comme un bélier qui casse le mur empêchant d’avancer. De fait, c’est un outil bénéfique pour l’Histoire. Bien sûr, c’est mieux si on peut s’en passer, mais puisque ce mur est en général constitué des privilèges de l’élite au pouvoir et des principes qui la perpétuent, la plupart des pays développés ont dû recourir aux révolutions dans leur cheminement historique."






Cet article de Courrier International  lu  hier soir    est venu faire écho   à une vidéo écoutée sur Google + , à des  discussions entre amies  et  à des bribes de conversations  entendues  , à des  informations ( les actualités du moment ) et aux récriminations des  uns et des autres   que l'on perçoit pour peu que l'on tende  un peu  l'oreille .

  Il me semble que   beaucoup de gens grognent contre un état de fait qui ne les satisfait pas  mais   ne se mobilisent pas pour un projet qui ne serait pas à leur avantage (exclusif ? )   car il est plus simple d'être contre  que  de réfléchir , et  se concerter,  pour créer une autre situation
 D'être  contre un système  qui donne  des avantages à certains   dont on  ne profite pas et dont on voudrait  profiter , contre un système qui ne nous donne pas plus  pour avoir plus  et acheter plus  sans rien donner en échange .Même quand le système en question  ne fonctionne  qu'à peu près  et de plus en plus mal  ; surtout manifester contre  tout projet , toute idée de faire autrement ...   je ne dis pas mieux mais  autrement . Mieux  ou non  on  ne le sait qu'après la mise en oeuvre et  un délai d'observation .
 Ainsi en est-il  de la loi dite El Komhri contre laquelle il  y a eu  beaucoup de manifestations "à priori " . Je   ne suis pas d'accord avec tout ce qu'elle préconise mais elle a l'avantage d'exister et de  remuer un peu une situation enlisée  marquée par un fort taux de chômage  notamment des jeunes .
 Et le chômage ça ne fait pas bon ménage avec la dignité de l'individu qui se voit réduit  à  solliciter des subsides  et de rendre des comptes à un agent de Pôle Emploi  sorte de conseiller (pénitentiaire) d'insertion et de probation.
   Et ça fait  bon ménage avec les   politiques populistes qui  agitent   la promesse de "foutre dehors ceux qui viennent prendre le pain des français "  sans dire que certains sont français  parce que nés en France  et donc  sauf- à modifier la Constitution avec rétroaction-  impossibles à mettre dehors  même si  des "français de racines hexagonales  depuis  plusieurs générations " acceptaient de faire le   travail en question (ce  dont je doute  pour certains emplois  ) sans évoquer non plus  tous ceux
 ( français  issus de l'émigration , binationaux  ou étrangers  européens ou non )qui ont créé  des entreprises et  de l'embauche
Politique  dont les "pieds noirs "   sont souvent d'ardents défenseurs , eux dont les ascendants n'ont pas hésité à prendre les terres et les emplois crées  dans les colonies tout en  créant  un statut de l'indigène  pour les autochtones ...

  Les gens grognent  contre   contre tout ce qui ne leur va pas  sans se préoccuper   de la globalité  d'une politique  et grognent plus facilement contre    le reste de la population lambda qui leur semble avoir plus d'avantages qu'eux    que contre  des  hommes et des femmes politiques - qu'ils reconduisent -    achetant  leur silence à l'égard des malversations commises en  leur promettant des avantages   nouveaux  et  se taisant sur les contre-parties  de ceux ci - car il y en a forcément .
 Du revenu universel - dont l'idée  me plaît  à condition  de  la faire  en remplacement de toutes les aides  pouvant être perçues  y compris  les "coup de pouce " des services sociaux pour  payer diverses factures  prévisibles   dont on souhaite se décharger sur la collectivité plutôt que de faire l'effort de gérer son budget en  prenant en compte   la réalité de ses revenus  et non pas ce que l'on voudrait qu'ils soient pour satisfaire toutes nos envies d'un moment et que celui qui ne veut pas travailler s'en contente  sans aller  pleurnicher  auprès de toutes les associations  pour obtenir des subsides  -  à la suppression de la taxe d'habitation pour 4/5 des foyers fiscaux .

Et je fais comme tout le monde , je grogne contre  ce qui me déplaît  et si je bouge à titre individuel pour ce que je  crois juste  je ne  cherche pas à mobiliser les foules ni même à participer à  une quelconque  manifestation   ne serait ce que   parce que  j'ai toujours des doutes sur le désintéressement de ceux qui l'initient .
 Peut être qu'un jour  la somme des  actions de  quelques uns   engendrera un léger mouvement du système  à l' origine  d'un changement   positif  pour la globalité  de l'humanité et de l'écosystème terrestre .
Peut être .....   peut être suis-je d'un monde de Bisounours et peut être n'ai je toujours pas "appris à vivre" ....  mais je m'en fiche  , je vis bien comme cela  contente de ce que j'ai , de ce que nous avons . Après tout nous avons  un toit , de quoi manger  -avec même des  tartes , des gâteaux et du chocolat  :)   ...  - , des vêtements propres et sans trous  - avec des reprises oui , mais sans trous - , de quoi aller au cinéma et au spectacle de temps en temps , la possibilité non seulement de lire mais de m'acheter des  livres et quelques CD  .. ( même si nous  sommes sous le seuil  de pauvreté ... que je trouve bien élevé quand  je compare  notre situation avec le dénuement de certains )  Alors oui  la vie est bonne et belle  et je ne vais pas aller grogner contre  ceux qui  viennent en France depuis d'autres pays  à partir du moment où  ils n'attendent pas d'être pris en charge sans  prendre  eux même  leur vie en main .
 Rien  n'est dû à   qui que ce soit qui  ne s'est donné que la peine de naître , qu'il soit  riche ou pauvre , qu'il s'agisse d'une famille de migrants économiques  revendiquant  l'Eldorado   du système  d'assistance - d'assistanat -  français  aux   politiciens qui  , sous pretexte que c'est légal ,  tirent  un profit  de leur position  et cherchent à disqualifier ceux de l'autre bord qui en font tout autant .

 Les" privilèges de l’élite au pouvoir et les principes qui la perpétuent" ne sont pas acceptables  pas plus  que certaines aides   qui sont trop  souvent dévoyées .
 De certaines  choses   conçues comme une  assistance à une personne dans le besoin  l'Etat a fait   un  truc  qui ne peut qu'être perçu que comme une aberration voire une injustice  par la quasi totalité de la population vivant en France .
 Ainsi en est il de l'AME  (par exemple **** )  reservée  aux étrangers en situation irrégulière * et leur octroyant les mêmes  possibilités de  prise en charge  que  pour les personnes en situation régulière  sans même leur demander  la participation forfaire   récupérée d'office pour tous les autres  , du forfait journalier hospitalier ... 

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Cinq-questions-sur-l-aide-medicale-d-Etat-2014-11-18-1238713
 http://www.la-croix.com/Actualite/France/L-aide-medicale-d-Etat-continue-de-faire-debat-_EP_-2012-07-19-833075

 Qu'une prise en charge des urgences médicales pour les personnes en situation irrégulière  soit assurée me  semble relever de l'humanité la plus basique  mais de là à trouver normal  tout ce  qui est   possiblement  traité *** dans le cadre de l'AME il y a un gouffre  que je ne franchis pas .  Il y a un déficit  de la branche assurance maladie de la sécurité sociale  , réduire les frais liés à l'AME   ne  le comblerait sans doute pas  mais  cela ne justifie pas  son existence . C'est une question de principe .
 Je comprend l'argumentation  de ceux qui y sont favorables  et je l'approuve  car c'est  normal que  certaines pathologies  lourdes soient traitées correctement  mais pas  qu'il soit parfois  plus facile  d'accéder aux soins courants de  maladies bégnines  pour les personnes en situation irrégulière que pour ceux qui sont en situation régulière .
De plus je ne pense pas que les autres pays s'embarrassent  de  garantir  aux étrangers en situation irrégulière  les mêmes prestations  qu'aux personnes en situation régulière et ce  sans que quiconque s'en offusque.

 Mais  c'est là une  spécifité française , celle des Droits de l'Homme  , l'esprit du Conseil de la Résistance ...

  L'AME est un exemple  basé sur des  textes ; on peut ou non être d'accord avec ce qui a été décidé  mais  c'est  quelque  chose qui a  fait  l'objet d'une étude  et la décision  est argumentée .
  Le problème est  en fait  lié à ceux qui fraudent , qui trichent  ou qui abusent d'un dispositif .
  C'est ce  genre de chose qui alimente toutes les reflexions , les  récriminations contre l'étranger.
Cela  et toutes les rumeurs  du type "famille RSA " qui  réapparaissent  de façon récurrente .
 Harro  sur  l'autre , celui qui vient d'ailleurs  , celui  qui diffère de nous , en oubliant que  parmi tous ceux qui bénéficient du RSA  nombreux  ont des papiers français
 Harro sur  l'étranger donc  , c'est plus facile -quand on a envie d'avoir tout ce que nous montrent les publicités - que de réfléchir   et de se remettre en cause avec  notre insatisfaction permanente sur laquelle surfe l'économie libérale qui  nous mène .
  Pourtant celui-ci  doit , à partir du moment où sa situation sur le territoire est régulière donc acceptée par l'Etat , pouvoir bénéficier  des garanties inscrites dans le préambule de la Constitution : 

10. La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.
11. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence.
12. La Nation proclame la solidarité et l'égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.
13. La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat.

 Dans ce contexte  où tout  un chacun  grogne contre les avantages réels ou supposés d'autrui plus  parce qu'il envie autrui que parce qu'il  ne  trouve pas ça  normal , un contexte où l'honnêteté  , la probité , sont  considérées comme de la connerie  , où tricher pour avoir plus  semble être  le mode de vie  mis à l'honneur ( tout  en râlant  sur l'autre qui s'est fait pincer en en faisant autant ) , où les politiciens et les syndicalistes   mènent le monde  par le  bout du nez à leur manière , leur rythme  en  promettant  monts et merveilles ( qu'ils se réservent )  et en incitant  le "citoyen " à  ne pas lever le nez  vers  les vraies étoiles  plutôt que de  regarder les lampes à pétrole qu'ils font miroiter  y a t'il un risque de révolution  qui permettrait de  traiter des différentes questions que chacun élude  du moment qu'il fait son beurre ( et rêve du sourire de la crémière   une fois qu'il a aussi empoché l'argent du beurre ) ? **

 Il  ne s'agirait alors plus de grogner contre mais  de devoir réfléchir pour  créer  une situation neuve ( pas rénovée par un ravalement de façade ) viable dans le respect des droits de chacun et où chacun respecterait ses devoirs  dans la plus rigoureuse probité  , et une laïcité réelle  appliquée par  tous , celle qui "garantit le libre exercice des cultes et la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion : personne ne peut être contraint par le droit au respect de dogmes ou prescriptions religieuses" quelles soient  catholiques , musulmanes  ou autres ( communistes staliniennes par exemple ) car "la laïcité n'est pas une opinion parmi d'autres mais la liberté d'en avoir une. Elle n'est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public."
 Une société  où l'on n'aurait plus à entendre Macron - dont les dents raclent le parquet - parler d'humiliation   des "millions de Français dont les convictions profondes, sincères, n'étaient pas favorables au mariage pour tous," histoire de  ratisser large   pour des votes   ou Fillon ( avant  l'histoire Pénélope sortie  dans la presse à point nommé , bien après les faits et juste avant les élections )  vouloir rétablir l'universalité  des allocations familiales
, se faire accuser de vouloir supprimer le droit à l'IVG  et clamer qu'il n'en est rien tout en envisageant la réduction drastique des moyens  d'accès à ce droit  ou de diminuer les effectifs de la fonction publique  dont les enseignants  qui c'est bien connu "sont des fainéants payés à ne rien faire  "  pour flatter et  les  gens aisés traditionnellent de droite  tournés  vers  l'enseignement privé-et l'entreprise privée -  et le quidam  qui  cherche toujours à déniger ce qui lui est étranger  à savoir  l'instruction ( et  aussi l'éducation ... )  des gamins contre vents et marées .


Si  on veut révolutionner  les choses , remettre en cause de façon  importante  le système actuel  et  pas une guerre civile ne faut  il pas commencer  par faire  la révolution dans  nos têtes (  pas une révolution complète , 360°  , ça ne changerait rien ) pour exiger de soi  ce que l'on attend des autres  , accepter   d'avoir des devoirs,pas seulement des droits ,  et  de ne pas  tout avoir  de ce qui nous est montré  ?


 Si l'on veut que le système soit révolutionné sans craindre  tout mettre à feu et à sang il aurait fallu  que libéraux et socialistes parviennent à se mettre d’accord sur la question des réformes sociales à entreprendre sinon il  en résultera une paralysie du système et la  réponse à la question de savoir pourquoi Marine  est arrivée  sera  : parce que tous les autres lui ont chauffé  la place faute  d'avoir  dit  les uns après les autres  " nous gagnerons les élections et nous agirons… Or il fallait agir tout de suite."
Au final, les bolcheviques, frontistes  en s’appuyant sur les franges les plus désespérées, les plus  revendicatives de la population, ont pris le pouvoir et ont entamé en solitaire des réformes radicales. Contre tous les autres.

 Morale de l'histoire : il faut donc mener les réformes sociales au profit des masses révolutionnaires. et c'est  l’idéal, il vaut mieux le faire avant que la révolution n’ait commencé.
 Plagiat délibéré de

1917, année russe. La chute de l’Empire

Publié le

  http://www.courrierinternational.com/article/1917-annee-russe-la-chute-de-lempire

 

**"Si tu fais la loi, il est normal que tu lui obéisses. Ça s'appelle le civisme. Et si tout le monde s'arrangeait pour ne plus payer d'impôts, il n'y aurait plus de gendarmes, ni de lycées, ni d'hôpitaux, ni d'éboueurs, ni d'éclairage public, parce qu'il faut de l'argent à l'État ou à la ville pour entretenir tous ces services."
Régis Debray - La République expliquée à ma fille, 1998

*À qui s'adresse l'AME ?

L'aide médicale de l'État (AME) s'inscrit dans le cadre de la lutte contre les exclusions. Cette protection santé s'adresse aux ressortissants étrangers en situation irrégulière et précaire.
Si vous êtes dans cette situation et que vous répondez aux conditions de ressources et de résidence stable en France, vous pouvez demander l'AME.

Dès lors que votre demande d'AME est acceptée, vous serez alors convoqué par la caisse d'Assurance Maladie de votre lieu de résidence pour la remise de votre carte d'admission à l'AME.
À noter que le droit de timbre de 30 € a été supprimé depuis le 4 juillet 2012.

Si ces conditions ne sont pas remplies, vous ne pourrez pas bénéficier de l'AME.
Vous pourrez, sous certaines conditions, bénéficier d'une prise en charge de vos frais de santé au titre des soins urgents.
L'AME peut aussi être accordée, exceptionnellement, à titre humanitaire.

À noter : l'AME est attribuée sans conditions aux enfants mineurs dont les parents sont en situation irrégulière, même lorsque ces derniers n'en bénéficient pas encore ou dépassent le plafond de ressources pour en bénéficier.

Qui peut bénéficier de l'AME ?

Vous pouvez bénéficier de l'AME si vous êtes ressortissant étranger en situation irrégulière en France et que vous remplissez les conditions suivantes :
  • Vous résidez de façon stable, c'est-à-dire de manière ininterrompue depuis plus de 3 mois en France (métropole et départements d'outre-mer, excepté Mayotte où l'AME n'est pas applicable).
  • Vos ressources ne dépassent pas un certain plafond (le même que celui de la CMU complémentaire). et pour justifier desquels une attestation sur l'honneur suffit .....

Plafond annuel de référence : 8 653 €


***AME : les prestations

Une fois accordés, vos droits à l'aide médicale de l'État (AME) prennent effet à la date de dépôt de votre dossier. Pendant un an, vous bénéficiez de la prise en charge à 100 % de vos soins médicaux et hospitaliers, dans la limite des tarifs de la sécurité sociale, avec dispense d'avance de frais.

Sur présentation de votre carte AME, vous pouvez bénéficier de la prise en charge à 100 %, dans la limite des tarifs de la sécurité sociale, de vos soins médicaux et hospitaliers en cas de maladie ou de maternité.
Vous êtes ainsi exonéré du ticket modérateur et bénéficiez de la dispense d'avance de frais pour :

  • les soins médicaux et dentaires ;
  • les médicaments remboursés à 100 %, 65 % ou 30 % ;
  • les frais d'analyses ;
  • les frais d'hospitalisation et d'intervention chirurgicale ;
  • les frais d'examen prénuptial ;
  • les frais afférents à certaines vaccinations ainsi que ceux liés à certains dépistages ;
  • les frais liés à la contraception, à l'interruption volontaire de grossesse, etc.
À noter : les frais de cures thermales, les actes techniques et les examens de biologie médicale spécifiques à l'assistance médicale à la procréation ainsi que les médicaments et produits nécessaires à leur réalisation, et les médicaments à service médical rendu faible remboursés à 15% sont exclus du dispositif de l'AME et restent intégralement à votre charge (pour les bénéciaires majeurs).
Vous êtes également exonéré du forfait journalier, de la participation forfaitaire et de la franchise médicale sur les médicaments, les actes paramédicaux et les transports sanitaires.

À noter : tous les professionnels de santé ont l'obligation d'accueillir les bénéficiaires de l'AME.



**** Je pourrais aussi citer l'aide juridictionnelle  dans les cas de procédures abusives ,  ou l'usage du RSA  , de ARE ...  sans   se soumettre aux obligations qui  y sont théoriquement liées .

samedi 18 février 2017

fevrier 2017 ; ode ( en prose ) à Malraux

 Oui , déjà février et déjà 2017 .
 Le temps passe si vite que je n'ai pas le temps de le voir passer .
Début des vacances  .
 Celles-ci  ne risquent pas de changer de nom ; elles resteront celles de février ou celles d'hiver  quoiqu'il arrive . Ce n'est pas comme celles de Noël ou de Pâques  ,  les ponts de l'Ascension ou de la Pentecôte .... à quand les vacances de de Ramadan ou celles de Hanouka , le pont de l'Aïd el kebir   ou  celui de Parinirvana
  Je provoque ...  un peu  mais si peu!  Ils sont nombreux  ceux qui ont  évoqué la chose  sans sourire  en disant que la France devenant musulmane nos racines chrétiennes étaient en péril !
 Je reviens à mes moutons  - pas ceux qui transhument dans nos vallées   et sont les vaches à lait de grandes entrprises de tourisme  qui  envisagent de saccager davantage Tignes ou de s'attaquer à La Grave - .

 Début de vacances  avec un spectacle à Malraux  : Slava's snow show
  qui m'a - nous a - enchantés . Magique , émouvant ,avec des sourires et des rires , des moments partagés  , des  gags clownesques



 de la neige en papier , de l'eau et des parapluies , des bulles et des ballons ... d'énormes  ballons  et un  moment tellement prenant  plein de tendresse  et empreint d'une émotion  touchant  à la tristesse exprimées  par  les gestes du mime .
 Une magnifique découverte .
 Malraux   est une salle  que j'aime pour cela  en plus de l'atmosphère du lieu  et de l'accoustique - qui m'a fait connaître et aimer Ibrahim Maalouf - dont l'absence a entâahé le spectacle d'octobre au Phare  d'une pointe de déception .
 Nous y avons vu cette année   The Ukulele Orchestra of Great Britain  dans un spectacle  à la hauteur de  sa réputation 





 mais surtout  nous y avons  vu 



Blanche-neige-ou-la-chute-du-mur-de-Berlin là aussi   un spectacle inattendu  dans sa forme  en plus d'une très belle  histoire autour de l'incommunication.

 Malraux  ça a été  l'an dernier  un Avare   dans une mise en scène  qui   met en exergue  l'intemporalité du sujet  , une redécouverte du texte de Molière  pour moi et une découverte pour mes filles .

 Malraux , une scène nationale   à la hauteur de la Savoie


 il  faut le dire  à la veille du 19 fevrier 
  et puisque je me vante d'écrire une ode  voici la musique qui  va avec


Je te salue, ô terre hospitalière,
Où le malheur trouva protection ;
D'un peuple libre arborant la bannière...
 
 


 https://www.youtube.com/watch?v=74DDwHweRB4



http://www.theatre-contemporain.net/contacts/Espace-Malraux-scene-nationale-de-Chambery-et-de-Savoie/critiques/spectacle/L-Avare-12334?s=2015-2016

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/savoie/chambery/sortir-slava-snow-show-retourne-espace-malraux-chambery-1199023.html