mardi 8 novembre 2011

l'art d'être une parfaite mère......


.....indigne
Mon premier vient de partir au Vatican -il deviendra au moins primat des Gaules - , mon second est entré second et sorti premier de Polytechnique , mon troisième est sorti major de centrale , ma quatrième brillante violoniste a hésité entre poursuivre le conservatoire et les classes prépas .... elle vient d'intégrer normale sup , ma dernière avec un bac S mention TB est en prépa HEC ..... le tout est ....... ?

C'est le résultat de l'éducation d'une super  mère parce que l'ainé voulait être travesti et monter sur scène ....c'est pour cela que je lui ai laissé la robe !

Le deuxième aimait bien jouer aux petits soldats et plutôt que de le laisser faire gendarme j'ai gardé l'armée et mis la barre plus haut

Le troisième adorait legos et mécanos .... il a pris la banque par ce que ça gagnait plus et mis le couvercle sur son rêve de concepteur de jeux .

Pour les 2 dernières ont a encore un peu de temps .... Le violon ne sert qu'aux fins de rallyes versaillais (il faut bien envisager de les marier un jour et c'est bien de montrer que l'on a quelques talents mondains ) '

ps : souriez nous n'avons rien de la famille idéale d 'Amy Chua , une mère parfaite selon ses critères .
Vouloir le meilleur pour ses enfants c'est ce à quoi aspire cette mère americano -chinoise ; résultat dans 20 ans .... éducation parfaitement "digne" si l'on s'attache à la conformité attendue en résultat  mais que l'on pourrait tout aussi bien qualifier  d'indigne  en ce qu'elle a à mes yeux de révoltants . Des enfants  s'éduquent , s'élèvent , s'instruisent  mais  pas aux dépens de leur personnalité , de leur spontanéité .

 Ses méthodes  me laissent sceptique  tout en me portant à réfléchir  à ce que je fais . Je suis exigeante , c'est vrai  , autant vis à vis d'eux -mes enfants - que de moi même ...exigeante jusqu'à une certaine intransigeance   mais  ils et elles  savent , heureusement ,  me convaincre de lâcher du lest , de plier ... ce que je fais volontiers car rien ne remplacera  leur sourire .
Sur la question  de vouloir , d'attendre  qu'ils donnent le meilleur d'eux même  je ne suis pas si différente que  cela  de notre mère americano-chinoise  qui a défrayée la chronique il y a quelques 10 mois
Simplement  je ne suis pas  jusqu'au boutiste  et pas entichée du paraître social  (heureusement  car cela permet   de prendre  au mieux  les évènements qui se succèdent dans nos vies ) ,ce qui  a  permis  à mes aînés de choisir  leur  voie .
Ce qui m'importe  c'est qu'il fassent de leur mieux  ce qu'ils ont décidé de faire  sans se cacher derrière des excuses  bidons ... bateaux  (au choix ) par ce que là  je perd le sens de la mesure et qu'il ne faut pas trop me gonfler  si ils -elles - veulent éviter un mélange d'explosion  et d'implosion .

Il m'arrive de me sentir "indigne " d'eux  , coupable   d'un certain passif , d'une passivité  qui n'est pas l'objet  du  billet .

  J'essaye simplement et ce n'est pas aisé tous les jours  d'être simplement  leur mère , leur "vieille mère " .Il y a des moments où j'en pleure  de  devoir continuer simplement par ce que en acceptant  mes grossesses  -et donc de les mettre au monde - j'acceptais de ne pas avoir le choix .
Cette décision  n'est pas consciente  au moment  où l'on vous dit que le test  "béta HCG" est positif ; elle s'avère l'être  au fil des jours  chaque fois  que l'on se lève  pour recommencer une journée .
 J'ai réfléchi  en écrivant ainsi  qu'entre les lignes(enfin entre l'écriture de ces lignes )   vouloir le meilleur pour mes enfants   n'a rien à voir  avec la conception qu'en a  Amy Chua .
Il me suffit (et c'est déjà énorme ) qu'ils  fassent leur travail scolaire  ,  universitaire  ou professionnel  pour eux  et pas pour me faire plaisir ou complaire à un enseignant ou un supérieur  hiérarchique  , qu'ils  fassent tout leur possible  et sans tricher . Ce n'est pas tant le résultat qui compte  que le coeur mis à l'ouvrage .

 C'est un long parcours  qui

* , ne va pas sans "engueulades " ni envoi -de ma part - de mots" doux" peu diplomatiques , d'accepter d'être à leurs côtés tant qu'ils ont besoin de moi et prennent en compte  ce qui va avec (rendre des comptes sur le travail fourni , discuter de l'orientation , passer du temps en famille sans forcement trimballer la copine du moment )

*  implique  -à mon avis -de leur demander sans ambages d'assumer leur décision d'être considérés en tant qu'adultes avec avantages et inconvénients si c'est leur décision
mais je me refuse à leur donner les avantages des 2 situations en me chargeant des inconvénients

J'espère qu'à l'usage ma méthode en fera des humains solides, de la trempe de ceux que l'on  dit être des  honnêtes hommes 


«Le parti qui plaît aux honnêtes gens est celui de la franchise et de la simplicité »
Chevalier de Méré Conversations avec le maréchal de Clérambault (éd. 1930)
 « Je ne vois rien de si beau que la noblesse du coeur et la hauteur de l'esprit; c'est de là que procède la parfaite honnêteté, que je mets au-dessus de tout, et qui me semble à préférer pour l'heur de la vie à la possession d'un royaume. Ainsi j'aime la vraie vertu comme je hais le vrai vice »
La Rochefoucauld Maximes (1665)

 Ne mettant pas les priorités dans le paraître  mais dans l'être   il y des moments  où je dois  sembler  être une mère indigne par ce que je revendique de n'être pas une mère parfaite .De toute façon  je ne le peux pas  et ne souhaite pas m'en donner  l'apparence .
J'exige de moi  et des enfants   d'aller vêtus  propres et sans trous  ce qui  implique  des reprises et des  pièces (se respecter  et respecter l'autre commence par là )
mais je me refuse de céder aux caprices d'une mode toujours renouvelée  C'est  une des contreparties  qui permettent  d'avoir une  ouverture  aux livres , au cinéma , à la musique, d'inciter  à la curiosité  intellectuelle . Ce sont mes valeurs  et pas forcément les leurs mais  c'est mon rôle et en rapport  avec la valeur  qu'ils ont à mes yeux . Nulle indignité donc en cela !  :) ouf ! je me rassure toute seule en m'appuyant sur les définitions
C'est vrai , je leur  impose  mes priorités ; peut être  mes filles  préféreraient elles  autre chose : aller chez le coiffeur , s'acheter des "fringues" place Saint Léger plutôt  que Fbg Montmélian  ou  en solde , en démarque , aller manger chez Mac Do  avec des copines  plutôt que  d'avaler la soupe  ou le couscous  de leur mère  ? 
Je me suis  posé la question  et j'essaye  de leur faire un de ces plaisirs pour une occasion  particulière  mais il reste hors de question  que cela devienne habituel .



 Peut être  auraient elles  préféré  des vacances  autres que le nomadisme  que nous a permis Dumbo ?   Compte tenu  des regrets qu'elles expriment  je ne pense pas  mais je sais que  c'est une façon de faire  non conventionnelle, loin de l'idée de "perfection "transmise par la plus part des médias , un concept  d'où rien  ne déborde 

 En cela je ne suis pas une mère parfaite  selon les critères de l'enfant roi  mais je suis loin de me sentir indigne . Je peut être  parfaitement "chiante "   dans la mesure  où je préfère  trainer  dans la vieille ville d'Uzes 

que dans le"musée" du bonbon Haribo 



, ode à la consommation  de sucre , colorants et gélatine  où hormis  les souvenirs d'enfance et une expérience sur la densité  qui a satisfait mon côté pédago  je n'ai rien trouvé de spécial .

 Mes 2 aînés  s'en sortent  en  parcourant un chemin  qui leur est propre  , avec  des  embûches  dont ils  se sont sortis , des sentiers de traverse  ou carrément en coupant à travers bois . Le contexte familial  a exigé d'eux  beaucoup  , les a  mis en demeure  d'agir de façon mature , de prendre des responsabilités  et de porter  ce qui restait de la petite famille   tandis que certains  resteront jusqu'à la fin de leurs jours  convaincus  que cela  n'est pas  le résultat  d'un enchaînement de  faits qui nous tombent  dessus comme le ciel  sur la tête d'Astérix et Obélix .
 Je me suis sentie coupable (et cela m'arrive encore ) de n'avoir pas continué à assumer  en faisant  semblant pour que rien  ne transparaisse  mais  je sais maintenant  que je ne les aie pas leurrés  et que  je n'y arrive pas davantage maintenant .
 Est ce indigne d'accepter ses faiblesses ?  ne l'est il pas davantage  de  les prendre pour des imbéciles  en  jouant sur le paraitre pour cacher le malaise , le mal à vivre  ? en cela  je ne saurais trancher ; l'auto culpabilisation  et la remise en cause , la crainte  d'avoir m'a fait et d'avoir nuit  sans le vouloir  me font me sentir indigne .
Dans quelle situation  les respectais- je  et me respectais- je davantage ? 
  Je suis partie bien loin  des feuilletons , livres et blogs  qui  s'affublent  du titre de "mère indigne " ou de "mauvaises mères " par ce qu'ils attirent le badaud , chacun , chacune de nous  n'étant que ce qu'il ou elle est avec ses limites  et le besoin de se rassurer  en constatant que ce n'est pas mieux ailleurs et qui sont bien plus facile d'accès  que  le livre de B  Bettelheim "pour être des parents acceptables "  plein de pistes  mais dont certaines  me  sont irréalisables  car je n'ai plus  assez d'énergie pour développer  mes  capacités d'empathie  pour  comprendre  la petite dernière  qui traîne  au lieu de venir avaler  sa soupe  puis se doucher  quand  j'aimerai bien qu'elle fasse vite pour  égoïstement me mettre au lit avec un livre .
 C'est dans ces moments là que je dois me remémorer  le contenu du livre  de O Maurel  "la fessée"

réferences :
http://www.lesquotidiennes.com/amy-chua-et-son-m%C3%A9moire-sur-leducation-chinoise http://samichaiban.wordpress.com/2011/01/19/un-livre-sur-les-meres-chinoises-fait-polemique-aux-etats-unis-slate/
http://madame.lefigaro.fr/societe/mere-mao-contre-mere-dolto-240511-151125
http://www.miwim.fr/blog/amy-chua-buzz-avec-son-livre-sur-leducation-a-la-chinoise-22074

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Sur les épaules de Darwin, le samedi sur France Inter
à podcaster
je copie cette phrase:

"Est vrai ce qui ne peut s'oublier.[....] Il n' y a pas de passé qui
ressurgisse et qui ne procure une sensation de joie, la joie tragique
d'avoir retrouvé le perdu. "

Le 03/03/12, Claudine DUBOIS a écrit :
> Tu tiens le bon bout!
> Ce sera moins fatigant quand tu délégueras le contrôle aux ressources
> infinies que recèlent chacun de tes enfants, pour peu qu'il les
> mobilise de façon autonome, te contentant de veiller à l'essentiel :
> ta santé, ton bonheur.
> Le "meilleur", pour chacunE d'entre nous , n'est ce pas d'être soi
> même, et de prendre sa place en tant que telLE, une place qui n'est ni
> devant ni derrière personne, ni meilleure ni pire qu'une autre.
> Le meilleur étant l'ennemi du bon, le mieux c'est d'y renoncer,
> s'épargnant bien du travail inutile, des tensions contre-productives,
> des espoirs déçus, ou pire, des espoirs récompensés...
> Nul n'est censé vivre pour la gloire d'autrui. Que le bonheur
> accompagne chacun de nos pas! et les vaches seront bien gardées.
> Se désintoxiquer des classements, des jugements de valeur...

Hasards-Us a dit…

Et bien moi, j'aime beaucoup le linge étendu...... C'est aussi que j'ai un vécu, par rapport à cela...... Mes enfants, ils vont bien, merci, mais bon, c'est un choix, de de les élever, pour faire en sorte que tout aille bien, les mettre sur les voies des épanouissements plutôt que sur des rails ou de leur faire prendre un quelconque envol (et s'ils veulent creuser, hein!....)
Votre curiosité est augmenté quand même d'une sacré dose de perspicacité...... Ma-Dame......