samedi 5 avril 2008

films et seconde guerre mondiale





La seconde guerre mondiale a débuté en mars 1939 par l'invasion de la Tchécoslovaquie suivie en septembre 39 de l'attaque de la Pologne par la Wehrmacht .
Dans le courant de l'été le pacte germano-soviètique avait été signé , l'Italie de Mussolini avait accentué ses préparatifs
Le film "Une journée particulière" permet de s'imprégner de l'ambiance en Italie à cette époque où suite à la remilitarisation de la Rhénanie par l'Allemagne nazie le conflit est latent .









Sur la période de la guerre en Europe -03/09/1939 au 08/05/1945- de nombreux films ont été tournés et je ne saurais établir une liste exhaustive mais certains titres sont à mon avis incontournables (surtout dans une perspective de devoir de mémoire



"le train" de Pierre Granier -Deferre en 1973 ou mieux encore le film de John Frankenheimer sorti en 1964


"l'armée des ombres " tiré du livre de Joseph Kessel avec Simone Signoret et Lino Ventura






















"des enfants dans les arbres "que l'on a pu voir ou revoir à la télévision le mois dernier



"Des enfants dans les arbres
Réalisé par : Pierre BoutronActeurs : Robin Renucci (Armand), Isabel Otero (Mariette Maïs), Jean-Louis Richard (Caxarnau), Philippe Khorsand (Crestia), Constance Engelbrecht (Maïté)Dans une
Europe à feu et à sang, en 1942, Mariette Maïs, une ancienne institutrice, rassemble dans sa ferme des orphelins que les hasards de la guerre ont laissés seuls. Elle accueille aussi, dans le plus grand secret, des enfants juifs qu'elle cherche ensuite à faire passer en Espagne pour leur éviter la déportation. Son ex amant, Armand, un juif alsacien, engagé dans l'armée française et désormais démobilisé, lui rend visite. Tous deux avaient, avant la guerre, imaginé cette organisation. Mais entre-temps, Mariette a épousé un notable local, et bien que ce dernier soit mort au combat, elle refuse de renouer avec Armand et de céder à ses avances "




"le vieux fusil" film qui s'articule autour du massacre d'Oradour sur Glane










"l'affiche rouge" retraçant des faits qui ont aussi donné lieu à l'écriture d'un poème par Aragon





voir aussi http://fr.wikipedia.org/wiki/Affiche_rouge




"effroyables jardins"




Date de sortie : 26 Mars 2003 Réalisé par Jean Becker
Avec Jacques Villeret, André Dussollier, Thierry Lhermitte Plus...
Film français.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h 35min.
Année de production : 2002












"un condamné à mort s'est échappé" inspiré du livre d'André Devigny








Analyse
Le lieutenant Fontaine est incarcéré au Fort de Montluc , dans la région lyonnaise, en 1943, pour actes de résistance. Il est interrogé par la police allemande. Au cours de son transfert, il tente une évasion improvisée en sautant de la voiture conduite par un S.S.
Il est immédiatement repris. On l'enferme dans une cellule d'où il va, patiemment, obstinément, préparer une nouvelle fugue. S'étant débarrassé de ses menottes à l'aide d'une épingle, ayant transformé sa cuillère en outil, il entreprend de démonter la porte de son cachot. Il fait part de ses intentions aux rares détenus qu'il peut aborder aux heures de promenades et à la toilette.
Convoqué au siège de la Gestapo, les autorités lui apprennent sa condamnation à mort. Il est surpris et mécontent de s'apercevoir, lorsqu'il regagne sa cellule, qu'un autre détenu la partage : un adolescent farouche au regard ambigu qui pourrait bien être un espion, " un mouton " : Jost.
Un autre prisonnier s'échappe mais est aussitôt rattrapé. Avant d'être fusillé, il parvient à expliquer à Fontaine comment franchir le mur d'enceinte. A l'aide de son matelas et de ses vêtements, Fontaine tresse une corde. Il hésite à faire confiance à son compagnon de cellule, mais finalement s'y résout. C'était le bon pari car, grâce à Jost, il réussit son évasion.

François Truffaut déclarait au moment de la sortie de ce film :Le film français le plus décisif de ces dix dernière années. On y trouve le goût de l'épure, de l'atonalité du phrasé et de l'austérité, l'attention aux sons qui seront les marques constantes de la mise en scène de Bresson.
Ce n'est pas un film réaliste comme le serait la description d'un acte héroïque dans un contexte donné, même si, comme le précise la plaque commémorative introductive, le film a été tourné dans les lieux authentiques de l'action. Il s'agit d'une quête métaphysique de la survie, de l'itinéraire d'une solitude et d'une foi au service de la volonté




























"Le dernier métro" avec Catherine Deneuve et Gérard Depardieu






























"train de vie" et "la vie est belle ", deux films sortis à la même époque (fin des années 90) et qui traitent de la Shoah en dédramatisant le sujet par le biais de la comédie






" La traversée de Paris", et "au bon beurre" permettent d'évoquer l'ambiance de cette époque avec le marché noir



"Résumé du livre
A travers les scènes du quotidien de la famille Poissonnard, ce roman nous plonge dans la vie des Français sous l'Occupation. Loin des résistants, ces 'planqués' mènent une vie douce et tranquille. Morceau d'histoire. "










ainsi que peut être ( je n'ai pas encore eu l'occasion de le voir ) "les femmes de l'ombre " sorti en mars 2008







Pour ce qui s'est passé en France à la fin de la guerre "Uranus" est à voir aussi









Ps :J'avais oublié "le pianiste" de Roman Polanski .
cf premier commentaire

Je sais qu'il y a eu bien d'autres films inspirés

par cette époque ; j'ai travaillé de mémoire ...


Je fais appel à la votre par l'intermédiaire des commentaires






PPs dimanche 6/04 5heures du matin ! Je ne sais pas si "la nuit porte conseil " mais j'ai réalisé que j'avais oublié hier


1) de citer divers films auquels j'avais pourtant pensé mais que j'ai oublié de citer au moment de "boucler "





















2) d'évoquer des oeuvres évoquant les opérations militaires (avec plus ou moins d'inéxactitudes sur le plan historique )



- "le jour le plus long" qui est axé sur le débarquement en en Normandie , près de Sainte Mère l'église
















3 commentaires:

DoomyFlo a dit…

si je devais en retenir un, ça serait "Le pianiste" de Polanski sur le ghetto de Varsovie...

cornélius a dit…

merci Flo ; je le rajoute à l'article
d'autres proposition pour compléter ?
Merci d'avance

cornélius a dit…

commentaire oral de mon 3�me fils : mars 39 n'est pas le d�but de la 2de guerre mondiale ; l'invasion de la Tch�coslovaquie n'en est que le pr�lude